Des centaines de militants se rassemblent pour soutenir les Palestiniens

GenèveAu lendemain des violences à Gaza, des manifestants défilent pour le droit au retour des Palestiniens et appellent au boycott d'Israël.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un groupe de militants s’est rassemblé ce mardi en fin d'après-midi à Bel-Air, pour soutenir les Palestiniens et leur droit au retour. La manifestation était organisée par le Collectif Urgence Palestine, Badil et BDS (Boycott-Désinvestissement et Sanctions). Ces organismes ont rappelé la «catastrophe» (Nakba) que représente la création d'Israël pour les Palestiniens, dont on célèbre le 70e anniversaire.

Les Palestiniens, qui ont été «chassés de leurs terres», représentent «le plus grand groupe de réfugiés du monde» et même si leur droit au retour a été reconnu par l'ONU, la communauté internationale ne réagit pas, déplorent les militants. Critiquant violemment Israël, les organisateurs ont dénoncé le «nettoyage ethnique» et la «politique d'apartheid» que mène ce pays, selon eux. Ils ont appelé au boycott - des entreprises, mais aussi des universités et des institutions culturelles israëliennes - invitant également le gouvernement suisse à cesser toute collaboration militaire avec ce pays.

Après les prises de parole, un cortège serré de 300 à 500 personnes s'est mis en marche vers la place du Molard, agitant des drapeaux palestiniens, arborant des pancartes «Boycott Israël» et criant «Viva Palestina» ou «70 ans, ça suffit».

Les manifestants ont également soutenu la grande marche pour le retour entamée le 30 mars à Gaza et dénoncé «la tuerie» de lundi. «C’est affreux: 60 Palestiniens sont morts hier, il y a 2000 blessés, dont des enfants et des jeunes comme moi. Comme réfugiée politique, je pense que tout le monde a droit à une vie digne, libre et en sécurité», dit Xue, une Colombienne de 18 ans. «Je soutiens le peuple palestinien qui vit une humiliation causée par ce provocateur de président Trump», ajoute Pierre, un ingénieur suisse de 32 ans, son bébé sur les épaules. Dahlia (prénom fictif), 42 ans, a rejoint le groupe en sortant d'un magasin: «Je me sens concernée par la cause. Cela fait des années que les Palestiniens sont mis hors de chez eux et subissent des violences et des humiliations. Il faut que ça cesse.» (24 heures)

Créé: 15.05.2018, 21h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Un chien accompagne une pasteure dans les EMS, paru le 23 mai 2018
Plus...