«Certains dealers de rue ont un rapport conflictuel avec les drogues»

Travail universitaireUn étudiant en sociologie a passé cinq mois avec des vendeurs de drogue à Genève. Il donne une conférence ce mercredi soir.

Loïc Pignolo, assistant à l’Institut de recherches sociologiques de l’Université de Genève.

Loïc Pignolo, assistant à l’Institut de recherches sociologiques de l’Université de Genève. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qui sont les dealers de rue à Genève? D’où viennent-ils? Pourquoi vendent-ils de la drogue? Interpellé par l’histoire de ces hommes qu’on croise furtivement au détour d’une rue, Loïc Pignolo, assistant à l’Institut de recherches sociologiques de l’Université de Genève, a décidé d’aller à leur rencontre dans le cadre de son mémoire de master. Il présentera les conclusions de son travail, ce mercredi soir à Uni Mail, à l’occasion de la deuxième conférence du Forum de recherche sociologique 2016 consacré aux «Drogues dans tous leurs états».

Pas de profil-type

Après cinq mois d’enquête, Loïc Pignolo peut affirmer une chose: il n’y a pas de profil-type du dealer de rue. «C’est très difficile de tirer des généralités tant les trajectoires de ces gens sont différentes», précise l’assistant.

Au total, le chercheur a rencontré une quinzaine de dealers, essentiellement concentrés dans une rue de la ville. La plupart étaient issus d’Afrique de l’Ouest – principalement de Gambie et du Sénégal – et âgés entre 20 et 30 ans.

Une des étapes les plus délicates du travail a été de gagner leur confiance: «Ils étaient méfiants, ils avaient peur que je sois de la police ou que notre échange attire des agents soupçonnant une transaction, explique Loïc Pignolo. Cela a pris plusieurs semaines pour que certains osent me parler.»

Passés ces craintes, les discussions ont rapidement cassé quelques clichés sur les dealers. Notamment celui du réseau mafieux. «Tous les hommes que j’ai rencontrés travaillent en indépendant. Leurs situations et leurs revenus dépendent alors beaucoup des choix qu’ils effectuent.» Selon les substances vendues – principalement cannabis, ecstasy et cocaïne – le temps de présence dans la rue et leur réseau de clients, les gains journaliers peuvent ainsi varier entre 20 et plusieurs centaines de francs.

Une activité temporaire

La majorité des vendeurs sondés voient toutefois cette activité comme temporaire. «Ces hommes sont pour la plupart des migrants clandestins ou des demandeurs d’asile déboutés, précise Loïc Pignolo. Ils considèrent le deal comme le seul moyen de gagner de l’argent ici et de mettre une petite somme de côté pour espérer faire autre chose plus tard.»

Contrairement aux idées reçues, la majorité des dealers sondés ne sont pas des consommateurs et ne tirent aucune fierté de cette activité. «Certains vendeurs semblent même avoir un rapport conflictuel avec les drogues», rapporte le chercheur. En particulier avec la cocaïne, qu’ils jugent la plus dangereuse pour les consommateurs. Plusieurs refusent de travailler avec cette substance bien que ce soit la plus rentable. Et beaucoup ressentent un certain malaise lorsqu’ils doivent mentir à leur famille sur leur source de revenu. «Cette réalité contraste avec d’autres milieux sociaux, notamment aux Etats-Unis ou dans certaines banlieues françaises, où le deal apparaît comme une identité revendiquée qui permet d’acquérir un certain respect dans un contexte d’exclusion et de marginalisation», analyse Loïc Pignolo.

Deal de rue dans un quartier genevois: résultats d’une enquête de terrain mercredi 9 mars à 18 h 30 à l'Université de Genève, Uni Mail, salle MR160

Créé: 09.03.2016, 07h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.