Passer au contenu principal

Certains frontaliers vont coûter beaucoup plus cher aux patrons

Pour un type de travailleurs, ce sont les barèmes sociaux français qui vont s’appliquer. Ils sont bien plus élevés qu’en Suisse.

Le bassin genevois vu du Salève.
Le bassin genevois vu du Salève.
archives Lucien Fortunati

De nombreux patrons qui emploient des frontaliers n’en savent rien. Mais ils sont tombés dans le collimateur de l’Urssaf, l’organisme français chargé du recouvrement des cotisations sociales, basé à Strasbourg. Certains d’entre eux ont même déjà reçu des courriers et se demandent comment y répondre. L’inquiétude règne, comme l’a développé hier Le Temps. «Nous recevons régulièrement des appels d’entreprises depuis cet automne», relève Olivia Guyot Unger, directrice du service juridique à la Fédération des entreprises romandes (FER).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.