Les CFF accusés de négliger la sécurité du trafic

TransportsMalgré l’augmentation du nombre de trains, l’ex-régie aurait trop attendu pour moderniser sa signalisation

La semaine passée à Neuhausen(SH), une collision entre deux trains a fait 17 blessés légers.

La semaine passée à Neuhausen(SH), une collision entre deux trains a fait 17 blessés légers. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les causes de la collision, qui a fait 17 blessés légers la semaine passée à Neuhausen-am-Rheinfall (SH), seront présentées demain par le Service fédéral d’enquête sur les accidents (SESA). On saura alors si l’hypothèse d’un feu rouge brûlé par l’un des mécaniciens se confirme.

Quelles que soient les conclusions du SESA, cet accident a relancé les questions et les accusations contre les CFF, après les retards et les pannes en série de décembre: le réseau ferré serait surchargé, le personnel trop stressé et la signalisation n’aurait pas suivi la croissance du trafic. Tous ces facteurs menaceraient la sécurité. «L’augmentation du nombre de trains fait croître le risque potentiel», rappelait l’expert Walter von Andrian dans les colonnes de la SonntagsZeitung.

Liste noire
De son côté, le syndicat SEV ne veut pas entendre parler d’une mise en cause du personnel. Selon lui, les CFF tardent à moderniser leur signalisation. Seul un tiers de leurs 11 000 signaux sont dotés d’une surveillance de la vitesse (système ZUB). «Nous allons publier une liste des points noirs du réseau, explique son porte-parole Peter Moor. Nous exigeons que ces endroits soient équipés du ZUB.» Le syndicat souhaite ainsi faire pression sur les CFF et la Confédération et faire cesser le ping-pong des responsabilités auquel se livreraient l’exploitant et le propriétaire du réseau.

A l’Office fédéral des transports (OFT), on estime au contraire que les compétences sont tout à fait claires. «Même si la Confédération est propriétaire de l’infrastructure, l’équipement des lignes relève du concept de sécurité dont est responsable l’entreprise de transport, indique Florence Pictet. L’OFT vérifie ce concept et intervient en cas de manquement.»

Tous les signaux font l’objet d’une analyse de risque, souligne-t-on chez les CFF. «Chaque signal est passé régulièrement au crible, explique Patricia Claivaz, porte-parole de l’ex-régie. Au fil des années, les critères ont été durcis.» C’est dans ce sens que va le montage de 1700 ZUB supplémentaires d’ici 2020, pour un montant de 50 millions de francs, qui viendront s’ajouter aux 3200 équipements de surveillance de la vitesse existants. La gare de Neuhausen figure d’ailleurs dans ce programme.

Signaux ignorés
Par rapport au système de base Signum. qui équipe tous les signaux et déclenche un freinage d’urgence si le mécanicien passe un feu rouge, le ZUB surveille la vitesse d’approche du signal. Cela permet de garantir que le train s’arrêtera avant un feu rouge. Pourquoi les CFF n’installent-ils pas le ZUB partout? «Cela n’est pas possible ni pertinent. Ce choix dépend de l’analyse de risques des CFF», explique Florence Pictet.

Avec treize morts, le rail suisse a enregistré en 2011 le nombre de victimes le plus bas de la décennie. La statistique de l’OFT indique en revanche que le nombre de signaux rouges ignorés n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Il est passé de 86 en 2010, à 90 en 2011 et à 111 en 2012.

Créé: 16.01.2013, 07h50

Personnel trop stressé

Selon le syndicat SEV, le fait de travailler durant cinq heures d’affilée peut provoquer des fautes d’inattention. Une telle erreur pourrait bien être à la base de l’accident de jeudi passé à Neuhausen-am-Rheinfall (SH). «Avec l’augmentation de la pression sur les cheminots, le risque que survienne un petit manque d’attention est plus grand», explique Peter Moor, porte-parole du SEV. «Cette durée de cinq heures est une limite absolue», relativise Patricia Claivaz. Selon la porte-parole des CFF, il est assez exceptionnel qu’un mécanicien roule durant cinq heures sans pose. «Un mécanicien aux commandes d’un Intercity entre Genève et Zurich, par exemple, va conduire durant 2 h 40. A Zurich, il fera une pause avant de remonter dans une locomotive», ajoute-t-elle.

Articles en relation

Les cheminots veulent plus de pauses

Accident de Neuhausen Selon le syndicat SEV, le fait de travailler cinq heures à la suite peut provoquer des accidents pour causes d'inattention tels que celui survenu jeudi dernier dans la gare de Neuhausen-am-Rheinfall (SH). Plus...

Une collision de trains a fait 17 blessés

Canton de Schaffhouse La collision frontale de deux RER transportant quelque 300 passagers jeudi près de la gare de Neuhausen (SH) a fait 17 blessés. Neuf ont dû être hospitalisés. Les conducteurs des deux locomotives sont indemnes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.