Les CFF sont en panne de confiance auprès du public

Transports publicsNotre sondage en ligne montre que la confiance en la direction de l'ex-régie est entamée chez deux lecteurs sur trois.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous avez été plus de 450 à répondre à notre sondage en ligne (décompte à 15h30) effectué ce mercredi à l'occasion de la publication des résultats semestriels des CFF. Une conférence de presse dominée par l'annonce de la démission du grand patron de l'ex-régie fédérale, Andreas Meyer.


Voici les résultats:

1. Sécurité

La 1ère question posée était liée aux problèmes techniques qui frappent les portes de certains wagons CFF. Nos lecteurs disent en grande majorité (76%) se sentir en sécurité dans les trains. Ils ne sont que 24% à évoquer un sentiment d'insécurité.

«Globalement, mis à part quelques défectuosités techniques, le réseau est en bon état», constate un internaute dans le camp des usagers les plus sereins. «Ces portes sont un épiphénomène. Laissons les professionnels faire leur travail!» abonde un autre.

Parmi les mécontents, une personne relève que «de plus en plus de trains circulent avec des portes ou des WC hors service». Une autre s'énerve: «Les trains qui traversent les gares à cent à l'heure avec des passagers qui attendent à un mètre, trouvez-vous ça acceptable?!»

Revenant aux défauts touchant certaines portes, un lecteur se montre sévère à l'égard des CFF: «Le problème étant connu des CFF, il a fallu attendre la mort d'un des collaborateurs afin que le problème soit pris au sérieux.»

2. Ponctualité des trains

Elle est suffisante pour 45% des lecteurs ayant répondu au sondage, insuffisante pour 32% d'entre eux. Ils ne sont que 9% à la qualifier d'irréprochable, et 14% à la trouver désastreuse.

Un usager des CFF assure que 80% des trajets qu'il effectue ont des retards. «Chaque joue, c'est 2 à 6 minutes de retard, affirme un autre. Et il y a de plus en plus de trains supprimés.» Autre avis dans le même sens:«Au vu du prix des billets, on est en droit d'attendre un meilleur service.»

Agacé, un pendulaire évoque la question des compensations: «Il faudrait un dédommagement en cas de retards multiples de peu d'importance et un plus gros dédommagement en cas de gros retards.»

Plus compréhensif, un internaute résume un argument souvent invoqué: «Comparaison faite avec les différents pays voisins, nous ne pouvons pas nous plaindre.» Une autre personne ajoute: «Quelques minutes de retard sont acceptables. Surtout en heure de pointe. Par contre la communication doit être plus transparente et abondante en cas de plus gros retards.»

3. Confiance

La dernière question de notre sondage abordait la confiance en la direction (nous l'avons posée avant d'apprendre la démission du CEO Andreas Meyer). Réponse sans appel: près de deux participants sur trois (64%) disent qu'ils ne font pas - ou plus - confiance aux dirigeants des CFF.

«La culture de la rentabilité ne doit pas primer dans ce domaine», écrit un lecteur. Un autre fustige la politique visant à lancer «des projets chers et aberrants (WiFi, ETCS2) au détriment du confort des voyageurs». Cet usager souhaiterait notamment plus de climatisation et plus de wagons.

Un autre mécontent pointe du doigt «les salaires astronomiques» des dirigeants des CFF. Lesquels sont accusés «de diminuer sans cesse le personnel sur le terrain pour améliorer les résultats financiers à court terme afin de justifier l'augmentation de leurs revenus».

Dans le camp opposé, une personne vole au secours des CFF. «C'est une immense entreprise qui globalement fonctionne et se développe bien.» Kurt, un lecteur de La Tour-de-Peilz, poursuit l'analyse: «Vu la complexité de la tâche, le travail est énorme. Quels sont les problèmes hérités de l'ancienne direction, quels sont les problèmes résultants d'un manque de moyens ou créés artificiellement pour des raisons politiques?»

Accordons le dernier mot à Jean-Jacques, habitant de L'Isle, qui répond avec ironie: «Oui, je fais confiance aux CFF, parce que les chefs sont très bien payés.»

Créé: 04.09.2019, 16h42

Articles en relation

«On sentait une lassitude chez Andreas Meyer»

CFF Les élus fédéraux ne sont pas vraiment surpris par l'annonce du départ du patron de l'ex-régie fédérale. Et dessinent déjà le profil de la personne qui devra lui succéder. Plus...

Le directeur des CFF démissionne

Rail Andreas Meyer, patron de CFF SA depuis 2007, va se retirer au plus tard à la fin de l’année prochaine. Il faisait face à de vives critiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...