Les CFF veulent tout savoir sur leurs employés

SuisseL'Office fédéral des transports a refusé que les CFF utilisent leur questionnaire de santé destiné aux employés.

Ces ajouts permettaient aux médecins des CFF d'interroger notamment les employés sur les maladies sexuellement transmissibles.

Ces ajouts permettaient aux médecins des CFF d'interroger notamment les employés sur les maladies sexuellement transmissibles. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Office fédéral des transports (OFT) interdit aux CFF d'utiliser leur questionnaire pour évaluer la santé de leurs employés. L'ex-régie fédérale conteste cette décision auprès du Tribunal administratif fédéral.

Le porte-parole des CFF Jürg Grob a confirmé à l'agence d'information Keystone-ATS ces informations parues dans le SonntagsBlick. Les CFF ont complété le questionnaire préparé par l'OFT pour les collaborateurs travaillant dans des domaines liés à la sécurité.

Ces ajouts permettaient aux médecins des CFF d'interroger notamment les employés sur les maladies sexuellement transmissibles.

Questionnaire «insuffisant»

Aux yeux des CFF, le questionnaire de l'OFT est insuffisant dans un grand nombre de cas pour permettre au médecin procédant à l'évaluation de décider sur la personne est apte. Les questions devaient être formulées «plus précisément», estime l'ex-régie.

M. Grob considère que la décision de l'OFT empêche les CFF de remplir le mandat de la Confédération et de pouvoir poser «certaines questions» liées à la sécurité. Elles concernent, par exemple, l'épilepsie ou l'hypertension artérielle, maladies qui pourraient nuire à la sécurité dans certains domaines.

La Confédération a confié aux CFF le mandat d'évaluer sérieusement l'aptitude médicale des conducteurs de locomotive, des contrôleurs de la circulation ferroviaire et des cheminots. «Pour l'instant, nous ne pouvons plus le faire», affirme le porte-parole. Ce dernier ajoute que la plainte des CFF auprès du Tribunal administratif fédéral vise à clarifier la «contradiction» entre les exigences légales de la Confédération et le contenu du questionnaire de l'OFT.

C'est l'Aide Suisse contre le sida qui a remarqué les modifications apportées au questionnaire. L'organisation faîtière des antennes cantonales et régionales engagées dans la lutte contre le sida a attiré l'attention en juillet 2018 de l'Office fédéral de la santé publique sur le fait que les CFF collecteraient plus de données que nécessaire lors de leurs examens médicaux. (ats/nxp)

Créé: 19.05.2019, 15h45

Articles en relation

Revivez le double «oui» à RFFA et à la loi sur les armes

Votation du 19 mai Le Conseil fédéral s'est réjouit après le oui très clair dans les urnes pour le compromis fiscal RFFA et la directive de l’UE sur les armes. Plus...

Amherd veut promouvoir l'armée pour les femmes

Armée suisse La cheffe du Département fédéral de la défense s'exprime dans la presse dominicale sur l'avenir de l'armée suisse. Elle donne aussi sa position sur la grève des femmes, le 14 juin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.