Le chef de la Jeunesse socialiste a reçu des menaces de mort

Drapeau suisseAprès avoir demandé aux Suisses de renoncer au drapeau à croix blanche pour le 1er Août, Fabian Molina dit avoir reçu des courriers haineux et des menaces de mort. Il revient aussi sur sa provocante proposition.

Fabian Molina est revenu sur ses propos qui ont déclenché des centaines de commentaires indignés dans les médias.

Fabian Molina est revenu sur ses propos qui ont déclenché des centaines de commentaires indignés dans les médias. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Renoncer à brandir le drapeau suisse le jour de la Fête nationale et agiter un étendard de paix à la place, ceci pour lutter contre la montée du nationalisme et la «militarisation croissante dans le monde». C'est ce que demandait hier mercredi 20 juillet dans le Blick, Fabian Molina, le chef de la Jeunesse socialiste suisse. Une proposition pour le moins provocante qui a suscité une avalanche de réactions indignées de la part des lecteurs et des internautes. Au point que le jeune politicien s'est à nouveau exprimé ce jeudi 31 juillet dans les colonnes du journal.

Messages haineux

Fabian Molina confie ainsi qu'il a reçu de très nombreux retours. Certains étaient positifs mais d'autres très négatifs. «J'ai été surpris par l'ampleur de la haine et de la violence exprimées dans certains mails», souligne-t-il dans une interview. Il affirme ainsi avoir reçu des menaces de mort plus ou moins explicites. Des gens lui ont fait comprendre aussi qu'il avait perdu son droit d'exister en Suisse. «Je le regrette beaucoup. Je suis un citoyen engagé, inquiet pour le pays et je milite pour une Suisse moderne.»

Le chef des jeunes socialistes s'exprime aussi sur l'aspect provocant de sa proposition. Et il se défend: «Est-ce une provocation, une centaine d'années après la mobilisation des troupes allemandes, françaises et suisses pour la Première Guerre mondiale, de s'interroger sur le nationalisme aujourd'hui? Je ne le crois pas.»

Complexe d'infériorité

Le jeune politicien s'inquiète de la tendance isolationniste de la Suisse et des lois de plus en plus xénophobes en vigueur ces dernières décennies. «Cette évolution m'inquiète. La Suisse a un complexe d'infériorité, qu'elle compense par de l'auto-glorification et du repli», estime-t-il. «C'est très dangereux. Si tous les États se replient sur eux-mêmes et ne se parlent plus, c'est la porte ouverte aux conflits, comme l'a démontré la Première Guerre mondiale.»

Quant à savoir si les gens suivront sa proposition de renoncer au drapeau suisse ce 1er Août, il ne se prononce pas. «Mais je suis content d'avoir pu lancer un débat», dit-il. Un débat sur le nationalisme, la paix et sur le sens ou l'absurdité du folklore national, précise-t-il encore. «Souvent, le 1er Août ne sert à évoquer que la supériorité de la Suisse par rapport à d'autres pays ou les supposés ennemis qui nous entourent. Cela ne doit pas être le sens de la fête nationale. Si l'on parlait ce jour-à de l'avenir de notre pays, de son rôle dans le monde, alors là, j'arborerais avec fierté le drapeau suisse», conclut-il.

Créé: 31.07.2014, 08h44

Articles en relation

Faut-il boycotter le drapeau suisse le 1er Août?

Fête nationale Le chef de la Jeunesse Socialiste Suisse veut que l'on renonce au drapeau à croix blanche, ceci pour lutter contre la montée du nationalisme et la «militarisation croissante dans le monde». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.