Passer au contenu principal

Un chercheur du CHUV fait la lumière sur le Zika

Léo Pomar publie une étude qui détaille les dangers réels pour les fœtus contaminés par le virus qui a tant effrayé la planète

Léo Pomar, Français de 28 ans, a quitté l’Amérique du Sud en 2017. Il travaille aujourd’hui au CHUV, à Lausanne.
Léo Pomar, Français de 28 ans, a quitté l’Amérique du Sud en 2017. Il travaille aujourd’hui au CHUV, à Lausanne.
Vanessa Cardoso

En 2016, Léo Pomar travaillait comme maïeuticien (ndlr: sage-femme) spécialisé dans l’échographie en Guyane française. À la même époque éclatait l’épidémie de Zika, ce virus transmis par des moustiques bien particuliers dans les zones tropicales. Or, si cette infection est la plupart du temps bénigne, elle présente un danger pour les femmes enceintes, leur bébé risquant notamment de naître avec des malformations cérébrales. À quelle fréquence? Léo Pomar, qui travaille aujourd’hui au CHUV, à Lausanne, fournit la réponse dans un article qui vient d’être publié par «The British Medical Journal», une revue médicale prestigieuse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.