Passer au contenu principal

Les chômeuses devraient avoir droit aux allocs

Le Conseil national a estimé, mardi, que les femmes au chômage pourront toucher des allocations familiales.

Il existe actuellement une lacune dans le droit aux allocations familiales quand une mère au chômage a un bébé.
Il existe actuellement une lacune dans le droit aux allocations familiales quand une mère au chômage a un bébé.
Photo d'illustration, Keystone

Les mères au chômage devraient toucher des allocations familiales, même si le père n'a pas reconnu l'enfant ou a disparu. Les allocations pour jeunes en formation seront en outre versées plus tôt. Le National a approuvé mardi ce projet, qui passe au Conseil des États.

Il existe aujourd'hui une lacune dans le droit aux allocations familiales lorsqu'une mère au chômage met au monde un enfant et qu'aucune autre personne ne peut faire valoir le droit aux allocations, par exemple faute de reconnaissance de paternité.

Pendant la période où elle touche une allocation de maternité, la mère au chômage n'a pas droit aux allocations familiales. Ce problème serait ainsi réglé. Il n'en coûterait que quelque 100'000 francs de plus par an.

Jeunes en formation

La révision de la loi revoit aussi les conditions d'octroi des allocations de formation. Ces aides (au moins 250 francs par mois) pourront être versées pour les enfants suivant une formation postobligatoire dès l'âge de 15 ans, au lieu de l'allocation pour enfant (au moins 200 francs).

Actuellement, l'allocation de formation n'est octroyée qu'à partir de 16 ans. Or, dans la majorité des cantons, les enfants les plus jeunes ont entre 15 ans et un mois et 16 ans et un mois lorsqu'ils entreprennent une telle formation, a expliqué Yvonne Feri (PS/AG) au nom de la commission.

14 ou 15 ans?

Comme les enfants sont scolarisés de plus en plus tôt, la gauche et une partie du PDC souhaitaient placer la barre à 14 ans. On mettrait ainsi définitivement fin à toutes les exceptions, a plaidé Benjamin Roduit (PDC/VS). Les coûts totaux (20 millions de francs) ne représenteraient qu'une goutte d'eau dans les presque 6 milliards de dépenses annuelles pour les allocations familiales.

La proposition a été repoussée par 118 voix contre 68. Aller plus bas que les 15 ans proposés par le Conseil fédéral ajouterait 4 millions de francs aux 16 millions de dépenses annuelles supplémentaires prévues, a fait valoir Philippe Nantermod (PLR/VS). Or cela ne profiterait qu'à moins de 1% des jeunes en Suisse.

Cette mesure reviendrait à exporter des allocations, vu que c'est surtout à l'étranger que l'on débute sa scolarité plus tôt, a ajouté Verena Herzog (UDC/TG). Et Thomas Weibel (PVL/ZH) de dénoncer la charge administrative pour les employeurs qui devront contrôler si l'enfant est en formation obligatoire ou postobligatoire.

Des allocations de formation seront également octroyées pour les enfants de plus de 16 ans qui n'ont pas encore achevé leur scolarité obligatoire. Le coup de pouce est versé jusqu'à ce que l'enfant atteigne l'âge de 25 ans. La gauche a demandé en vain de reporter la limite à 29 ans.

Aides financières

Enfin, le projet créera une base légale pour les aides financières aux organisations familiales. Ces aides, qui sont versées depuis 1949, se montent actuellement à 2 millions de francs par an.

Elles pourront être octroyées aux organisations sises en Suisse, actives dans toute la Suisse ou sur tout le territoire d'une région linguistique, d'utilité publique, neutres sur le plan confessionnel et politiquement indépendantes.

Le camp rose-vert aurait souhaité forcer la main à la Confédération et préciser qu'elle doit, et non seulement peut, octroyer ses aides dans la limite des crédits accordés.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.