Un quiz et une nouvelle campagne contre l’alcool

Santé publiqueA partir de combien de verres, la consommation d’alcool devient-elle dangereuse pour la santé ? C’est le thème de la campagne de l’OFSP contre l’alcoolisme pour 2015-2017 qui se veut à la fois ludique et informative.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L’alcool est solidement ancré dans nos cultures. Mais combien de verres peut-on absorber sans que cela nuise à notre santé?», interroge en préambule Pascal Strupler, directeur de l’Office fédéral de la santé publique, en lançant devant la presse jeudi 23 avril la nouvelle campagne de l’OFSP pour lutter contre les problèmes liés 0à l’alcool.

Cette question, «Combien?», est le thème central de cette campagne conçue pour les années 2015-2017 et qui vise à sensibiliser le grand public inhérent à la consommation d’alcool. L’OFSP l’a voulue ludique grâce au site alcool-facts.ch, qui propose notamment un quiz amusant qui permet de faire le point, des petites vidéos ainsi que des slogans variés tels que «A force de faire le plein, vous risquez le vide» ou encore «Combien de rouge pour avoir un blanc».

Mais elle se veut aussi informative puisqu’elle lance la semaine alcool qui aura lieu dans toute la Suisse du 30 avril au 9 mai. Des dizaines d'actions sont prévues dans toute la Suisse, avec notamment un one man show de Thierry Meury dans plusieurs villes de Suisse romande, comme Genève ou Yverdon-les-Bains.

Réfléchir sur sa consommation

Le but de cette campagne est d’inciter chacun à réfléchir sur sa propre consommation d’alcool, de minimiser les risques sur sa santé ainsi que d’éviter la dépendance. «Chaque personne est différente, d’un âge ou d’un poids différent, et ne supporte pas de la même manière l’alcool», a rappelé Pascal Strupler. C’est pourquoi nous lançons cette campagne sur le thème de Combien».

Les Suisses boivent de moins en moins mais 90% des Helvètes consomment de l’alcool. En 2013, la consommation d'alcool à risque concernait un bon cinquième de la population de 15 ans et plus (22%). Et chez les jeunes, l'habitude revient à grande vitesse.

Jean-Bernard Daeppen, chef du Service d’alcoologie du CHUV à Lausanne, a rappelé de son côté que l’alcool était une vraie drogue avec des effets psychotropes, et qu’il représentait un danger pour la santé. «Chacun doit pouvoir se positionner par rapport à l’alcool», a-t-il précisé en invitant les buveurs à se demander ce qu’ils recherchaient dans la bouteille.

Dangers méconnus

Car les dangers liés à l’alcool sont souvent méconnus par la population. On connaît bien sûr les dépendances ou encore les cirrhoses du foie; mais peu de gens savent que l’alcool entraîne toute une cohorte de maladies graves. Ainsi le risque de développer un cancer de la bouche, de l’œsophage ou du sein est augmenté de manière significative. Selon des estimations pour 2011, 1600 décès sont imputables à l’alcool chez les 15-74 ans. Chez les hommes, boire engendre un décès sur dix et un sur dix-sept chez les femmes.

L’alcool joue également un rôle dans la violence domestique. Quelque 48% des femmes qui en sont victimes font état d’une consommation problématique au sein de leur couple. Dans neuf cas sur dix, c’est l’homme qui boit. La moitié des actes de violence dans des lieux publics sont aussi liés à l'alcool.

4,2 milliards de francs de coûts

La consommation abusive d’alcool a encore des répercussions sur l’ensemble de la société. En 2010, elle a coûté 4,2 milliards de francs à la collectivité (santé, justice, etc.). Alors comment savoir à partir de quand on met sa vie en danger? Brigitta Gadient, présidente de la Commission fédérale pour les problèmes liés à l’alcool, a rappelé que les hommes adultes en bonne santé ne devraient pas boire plus de deux à maximum trois verres standards (1dl de vin ou 3dl de bière) d’alcool par jour, contre 1 à 2 pour les femmes.

Mais tout le monde fait la fête un jour ou l’autre. Alors jusqu’où aller? Brigitta Gadient estime que les hommes ne devraient pas dépasser 5 verres standards et les femmes quatre. Pour tous, une pause d’au moins deux jours sans alcool par semaine est conseillée. Les enfants de moins de 16 ans ne devraient pas boire d’alcool du tout.

Créé: 23.04.2015, 12h13

22% des Suisses boivent trop

- Les Suisses boivent de moins en moins. Si la consommation d'alcool pur par habitant s'élevait encore à 12,1 litres dans les années 1930, elle a ensuite chuté à 7,6 litres durant la Deuxième Guerre mondiale. Puis, après une progression à 10,9 litres dans les années 1980, elle est redescendue à 8,3 litres en 2013.

- En comparaison internationale, la quantité d'alcool absorbée en Suisse se situe dans la moyenne. En 2010, la consommation annuelle d'alcool pur par habitant de 15 ans et plus se montait à 10,7 litres, soit à 4,5 litres de plus que la moyenne mondiale.

- En Europe, on boit bien plus que la moyenne (10,9 litres, contre 6,2 litres au niveau mondial). Par rapport à ses voisins, la Suisse consomme nettement plus que l'Italie (6,7 litres) et un peu plus que l'Autriche (10,3 litres) mais moins que l'Allemagne (11,8 litres) et la France (12,2 litres).

- En 2013, la consommation d'alcool à risque concernait presque un Suisse sur 4 âgé de plus de 15 ans (22%)

- La consommation des 15 à 24 ans a augmenté de 30% entre 1997 et 2012. Durant cette même période, le taux d'abstinence est passé de 25,8 % à 18,5 % au sein de cette tranche d'âge.

- Selon des estimations pour l'année 2011, quelque 1600 décès sont imputables à l'alcool parmi la population de 15 à 74 ans. Chez les hommes, boire engendre un décès sur 10 et un sur 17 chez les femmes.

- La consommation abusive d'alcool a encore des répercussions sur l'ensemble de la société. En 2010, elle a coûté 4,2 milliards de francs à la collectivité (santé, justice, etc.).



Articles en relation

Trop d'accidents graves sont encore liés à l'abus d'alcool

Prévention L'alcool reste impliqué dans près de 10% des accidents graves de la route, dix ans après l'abaissement de l'alcoolémie au volant de 0,8 à 0,5 pour mille. Plus...

A partir de quand devient-on alcoolique?

Prévention La semaine alcool, qui se déroule du 18 au 26 mai, propose d'ouvrir la discussion sur la consommation d'alcool au sein de la population suisse. Car boire des verres, même de façon ponctuelle, n'est pas anodin. Plus...

Une hormone pourrait limiter les effets de l'alcool

Sciences Des chercheurs australiens ont réussi à empêcher l'alcool d'atteindre les zones sensibles du cerveau de rats ivres au moyen d'ocytocine. Reste à tester les effets de cette hormone sur les humains. Plus...

Toujours plus de retraits de permis de conduire

Circulation Quelque 2060 permis de conduire supplémentaires ont été confisqués en 2014 par rapport à l'année précédente. L'alcool et les excès de vitesse en sont les principaux motifs. Plus...

Travailler trop peut conduire à boire trop d'alcool

Santé L'analyse d'une étude internationale englobant plus de 400'000 personnes montre que les individus qui travaillent plus de 48 heures par semaine ont une plus grande probabilité à commettre des excès d'absorption d'alcool. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.