Cinq inquiétudes concernant la 5G

TéléphoniePétitions et demandes de moratoire se multiplient avant l'arrivée de la 5G en Suisse. Quelles sont les inquiétudes soulevées par ce nouveau réseau?

En Suisse, la 5G est ponctuellement en test dans six villes.

En Suisse, la 5G est ponctuellement en test dans six villes. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est la prochaine étape du développement d’internet. La 5G promet des communications plus rapides de contenus plus importants pour un plus grand nombre de gens. Elle servira notamment à accompagner la généralisation d’objets connectés dans notre environnement quotidien. En Suisse, la 5G est ponctuellement en test dans six villes et les futures fréquences ont été attribuées aux enchères à Swisscom, Sunrise et Salt pour un total de 380 millions.

Aujourd’hui, des pétitions virales circulent sur le Net pour dénoncer de possibles nuisances ou risques de la 5G. Un collectif genevois se mobilise contre la 5G tandis que les Verts vaudois ou la Commune de Carouge demandent un moratoire. Quelles sont les principales inquiétudes évoquées sur la 5G? Revue en cinq points.

1) Des effets sur la santé humaine

Dans un appel du 11 septembre 2017, 220 scientifiques de 40 pays, dont deux Suisses, ont tenu à mettre en garde contre «de potentiels effets sérieux sur la santé de la 5G ». Cette technologie va selon eux multiplier le nombre d’antennes relais et le nombre de connexions, notamment avec la multiplication de la technologie des objets connectés. Ils alertent sur la forte augmentation de l’exposition aux champs électromagnétiques et ondes radiofréquences (RF-EMF).

Ils rappellent que ces ondes affectent les organismes vivants et peuvent provoquer, en cas d’exposition prolongée, des risques de cancer sur les cellules et les radicaux libres, sur les gènes et la reproduction. Ils pointent aussi un impact négatif sur les capacités cognitives, le fonctionnement neurologique. D’autres études épidémiologiques mettent en lumière des risques de développement de tumeurs au cerveau. L’Agence internationale de recherche sur le cancer concluait de son côté en 2011 que les fréquences de 30KHz à 300 GHz (gigahertz) étaient potentiellement cancérogènes. D’autres problèmes, comme de la fatigue chronique ou des troubles du sommeil et des vertiges, apparaîtraient notamment chez les personnes sensibles aux rayonnements ionisants (voir la vidéo ci-dessous).

Ma vie d'électrohypersensible

Vidéo: Anetka Mühlemann

Pour le porte-parole de Swisscom interrogé par la RTS, «les pétitions et autres demandes de moratoire concernent les ondes millimétriques, de l’ordre de 26 GHz à 300 GHz, qu’on n'aura pas en Suisse, puisque ce sont des fréquences connues et utilisées depuis trente ans, se situant entre 700 MHz et 3,8 GHz. À titre de comparaison, votre wi-fi à la maison fait déjà du 5 GHz.»

2) Un perturbateur de la vie animale

Ces ondes perturberaient aussi la vie animale. Et notamment les abeilles, nécessaires à la pollinisation, ou le vol des oiseaux (voir la vidéo ci-dessous). Les scientifiques signataires de l’appel au principe de précaution citent notamment une importante étude américaine effectuée en 2015 (National Toxicology Programm), qui mettait en évidence une augmentation significative des cancers du cerveau et du cœur chez les animaux exposés à des ondes d’un niveau inférieur à ceux autorisés dans la plupart des pays.

La 5G: êtes-vous pour ou contre?


Vidéo: Fabien Grenon

3) Un risque d’espionnage chinois

Partenaire de Swisscom et de Sunrise en Suisse, le géant chinois de l’équipement des télécoms a été banni de plusieurs pays, dont les États-Unis, en guerre commerciale avec Pékin, mais aussi d’Australie, de Nouvelle-Zélande et bientôt d’Allemagne ou du Japon. Ces pays craignent en effet que le réseau installé par l’entreprise chinoise ne serve de cheval de Troie au gouvernement chinois à des fins d’espionnage. Les partenaires industriels suisses, interrogés par «Le Temps», répondent que rien ne permet de l’affirmer et que Huawei a déjà mis en œuvre 1500 réseaux dans le monde, couvrant à peu près un tiers de la population mondiale.

4) Des failles de cybersécurité

Le conseiller à la Sécurité nationale du Royaume-Uni vient de publier un nouvel audit, le cinquième sur de nouvelles failles de sécurité de l’équipementier chinois Huawei, alors que celles détectées l’an dernier n’ont pas été traitées. Le HCSEC (Huawei Cyber Security Evaluation Centre) estime qu’il a peu d’assurances concernant la cybersécurité à long terme des équipements du géant chinois. Il écrit notamment que «l’ingénierie générale et la qualité de la cybersécurité sont minées par des défauts importants».

Le constructeur chinois assure prendre très au sérieux les conclusions de ce rapport et un de ses porte-parole interrogé par l’Agence France Presse annonçait qu’une enveloppe de 2 milliards de francs avait été débloquée pour améliorer les infrastructures réseaux. Sachant que tout système informatique peut être hacké, d’autres s’inquiètent d’un monde gouverné par l’intelligence artificielle et les objets connectés. Quiconque pourrait s’introduire dans le système pourrait éteindre les lumières d’une ville, couper l’eau ou à petite échelle mettre en route votre réfrigérateur ou votre machine à laver.

5) Le coût des nouveaux téléphones

Aucun smartphone actuellement sur le marché ne peut se connecter au réseau 5G. La future génération devra intégrer une antenne spéciale. Et les prix des prochains modèles devraient s’envoler pour atteindre de 1300 à 2500 francs. Par ailleurs, il faudra sans doute payer des frais optionnels pour disposer de l’optimum de vitesse de la 5G et de nouveaux abonnements devraient être proposés à des tarifs supérieurs aux actuels. Par ailleurs, il faudra couvrir le coût des quelque 15 000 antennes supplémentaires à déployer sur le territoire suisse. (24 heures)

Créé: 01.04.2019, 16h02

Articles en relation

Pourquoi la 5G diffuse une onde de révolte

Télécoms Frondes sur les antennes, pétitions virales et réel phénomène social. D’où vient cette peur de la 5G? Plus...

«Je trouve qu'on n'a pas assez de recul scientifique sur la 5G»

Vidéo La nouvelle technologie de téléphonie mobile 5G qui débarque en Suisse fait débat. Êtes-vous pour ou contre? Notre micro-trottoir. Plus...

La 5G, ça va servir à quoi ?

Technologies En cours d'introduction en Suisse, les nouveaux débits de données mobiles promettent une révolution à terme, et pas seulement pour le consommateur lambda. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.