La Cinquième Suisse s'attaque aux banques

Suisses de l'étrangerLes 775'000 Suisses de l'étranger sont traités comme des citoyens de «seconde classe» par les banques. Tel est le constat de l'Organisation des Suisses de l'étranger.

Remo Gysin dénonce la discrimination dont sont victimes les Suisses de l'étranger.

Remo Gysin dénonce la discrimination dont sont victimes les Suisses de l'étranger. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les discussions n'ayant pas amélioré les relations entre les banques suisses et les Suisses établis à l'étranger, l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) «passe à l'attaque» sur le plan politique. Elle a présenté jeudi une «stratégie en trois axes» pour mettre fin à une discrimination.

Discriminés

Les 775'000 Suisses de l'étranger considèrent qu'ils sont traités comme des citoyens de «seconde classe» et se sentent discriminés par les banques suisses. «Un modèle d'affaire qui exclut les Suissesses et les Suisses de l'étranger est discriminatoire, discrédite la place financière et nuit à la Suisse», a déclaré jeudi à Bâle Remo Gysin, président de l'OSE.

Gels d'avoirs, liquidation de comptes, suppression de cartes de crédit et refus de prestations sont le lot des Suisses de l'étranger depuis 2008. Les discussions avec les départements fédéraux concernés et les banques suisses n'ont pas permis de trouver des solutions à l'amiable à ces problèmes.

Banques systémiques

L'OSE a donc décidé d'agir sur trois axes. Les banques d'importance systémique d'abord: en contrepartie de la «garantie implicite» de la Confédération en cas de difficultés financières, ces établissements devraient être amenés à accepter les Suisses de l'étranger comme clients, estime l'organisation.

Les banques publiques ensuite: PostFinance et les banques cantonales disposent d'une «responsabilité particulière envers les citoyens suisses». L'OSE privilégie le dialogue, mais l'organisation «n'hésitera pas» à s'adresser aux gouvernements et parlements cantonaux si la situation n'évolue pas favorablement.

Les banques privées pour terminer: l'OSE «ne perd pas espoir» de les convaincre de traiter les Suisses établis à l'étranger comme elles traitent les Suisses de l'intérieur. L'organisation va donc continuer de discuter avec elles.

Motions

En mai dernier, le Conseil national a refusé, à trois voix près, une motion du conseiller national Roland Rino Büchel (UDC/SG) exigeant que tous les Suisses de l'étranger puissent ouvrir un compte dans une banque d'importance systémique. Le conseiller aux Etats Filippo Lombardi (PDC/TI) a déposé une motion similaire le 16 juin dernier.

La Commission de politique extérieure a déposé le 3 juillet dernier une motion exigeant que PostFinance étende aux Suisses de l'étranger ses prestations de service universel relatif aux paiements. En 2015, PostFinance a aboli les cartes de crédit pour ses clients établis à l'étranger.

Lieu de domicile

L'Association suisse des banquiers (ASB) souligne que les Suisses de l'étranger sont traités comme des clients étrangers dans les pays où ils résident. Pour les relations bancaires, c'est le lieu de domicile et pas la nationalité qui compte, a indiqué à l'ats une porte-parole de l'ASB.

Exiger que les clients suisses de l'étranger soient favorisés par rapport aux clients indigènes n'est pas acceptable. C'est une atteinte disproportionnée à la liberté d'entreprise. L'association est toutefois prête à dialoguer. La porte-parole a encore précisé qu'il existe parmi les 261 banques en Suisse de nombreux instituts qui proposent des prestations adaptées aux Suisses de l'étranger. (ats/nxp)

Créé: 17.08.2017, 16h28

Des comptes aussi pour les Suisses de l'étranger

Raisonnable - Le Conseil fédéral doit garantir que tous les Suisses de l'étranger puissent détenir un compte dans une grande banque helvétique à des conditions raisonnables.

Majoritaire - Le National a beau avoir refusé une motion en ce sens et le gouvernement s'y opposer, une nouvelle demande s'annonce majoritaire au Conseil des Etats.

Des bases légales - Une motion de Filippo Lombardi (PDC/TI) cosignée par 35 conseillers aux Etats exige que le gouvernement crée les bases légales dans le cadre de la réglementation sur les banques trop grandes pour faire faillite («too big to fail»).

Articles en relation

Les Suisses de l'étranger furieux contre Petra Gössi

Rente AVS L'attaque de la présidente du PLR contre l'augmentation de 70 francs des rentes AVS pour les Suisses de l'étranger a suscité des réactions outrées. Plus...

Les Suisses de l'étranger veulent étendre l'e-voting

Cinquième Suisse Pour leur seconde réunion annuelle à Berne, les délégués de la Cinquième Suisse viennent s'entretenir notamment du vote électronique. Plus...

L'aide sociale pour les Suisses de l'étranger se réduit

Cinquième Suisse La Confédération a raboté l'aide sociale qu'elle accorde à la cinquième Suisse. Elle continue toutefois de bénéficier de prestations plus élevées que d'autres expatriés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.