Clitoris à la craie: la Ville annule l'amende

InsoliteEn avril, deux jeunes femmes avaient dessiné l'organe féminin sur le sol du Jardin anglais à Genève. Elles avaient écopé d'une amende de 100 francs chacune.

Le dessin à la craie, réalisé le 19 avril dernier au Jardin Anglais.

Le dessin à la craie, réalisé le 19 avril dernier au Jardin Anglais. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est un épilogue heureux. L’Exécutif de la Ville de Genève vient de décider d'annuler l'amende infligée aux deux auteures du clitoris à la craie. Le 19 avril, deux étudiantes avaient dessiné l'organe féminin sur le sol du Jardin Anglais, face au Jet d'eau. De quoi se faire amender par la police municipale. Elles avaient écopé d'une amende de 100 francs chacune pour «utilisation du domaine public excédant l’usage commun, sans demande préalable d’autorisation».

Prenant leur défense, le collectif féministe l'Escouade avait estimé début juin que cette condamnation posait «de sérieuses questions quant au droit à la liberté d’expression» et qu'elle illustrait «le tabou social autour de la sexualité féminine». Et avait rappelé que l'acte des deux jeunes femmes s'inscrivait dans le mouvement international nommé Clitorosity visant à pallier la méconnaissance de cet organe.

Deux conseillères municipales, Albane Schlechten (PS) et Sophie Courvoisier (PLR) avaient pris le relais début juillet demandant au Conseil administratif d'annuler l'amende. «Nous avons reçu une demande de reconsidération de la part des deux auteures du dessin», stipule le maire de la Ville Sami Kanaan.

Après consultation de son service juridique durant l'été, le Conseil administratif vient de décider l'annulation de la sanction. «Les agents de la police municipale (APM) agissent en notre nom. Nous sommes donc l'autorité compétente dans un cas comme celui-ci», poursuit l'édile. Formellement, l'amende sanctionnait l'obstruction excessive de la voie publique avec un vélo, utilisé pour protéger le dessin. «Une amende de ce genre relève d'une question d'appréciation, indique Sami Kanaan. Nous avons estimé que, dans ce cas, l’appréciation des APM avait été très stricte. D'où notre décision.»

De quoi ravir les étudiantes mais aussi les deux conseillères municipales. «Il faut que l'ordre règne sur la voie publique et que les APM fassent leur travail mais toute proportion gardée... on parlait d'un dessin à la craie!» souligne Sophie Courvoisier. (24 heures)

Créé: 09.08.2018, 14h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...