Après la cocaïne, des fausses coupures à Berne

Palais fédéralL'UDC Luzi Stamm, qui a amené cette semaine de la drogue au Palais fédéral, n'en était pas à son coup d'essai. Il avait déjà amené 1 million de faux euros en décembre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Berne fédérale est en émoi cette semaine depuis que Luzi Stamm a fait entrer 1 gramme de cocaïne dans le Palais fédéral après une histoire rocambolesque pour dénoncer son dealer. Mais le conseiller national (UDC/AG) refait parler de lui. En effet, l'avocat et ancien juge n'en était pas à son coup d'essai. Il avait déjà fait entrer 1 million d'euros en fausses coupures sous la Coupole en décembre dernier!

C'est ce que rapporte la télévision Tele M1 qui cite plusieurs sources. L'Argovien aurait montré plusieurs liasses de faux billets lors de la session d'hiver, billets qu'il aurait transporté dans sa valise. L'intéressé lui-même a confirmé son geste dans le sujet télévisé. S'il a amené les fausses coupures au Palais fédéral, c'est parce qu'il voulait que des spécialistes les examinent de près.

Selon Luzi Stamm, 66 ans et qui ne se représente pas aux élections fédérales de cet automne, ce faux argent proviendrait de l'un de ses clients. Mais il n'a pas voulu expliquer comment il était entré en possession des billets, s'abritant derrière le secret professionnel auquel sont soumis les avocats.

Créé: 08.03.2019, 11h30

Articles en relation

Un parlementaire UDC en possession de cocaïne

Suisse Le conseiller national Luzi Stamm a acheté de la drogue auprès d'un musicien de rue à Berne pour mieux pouvoir dénoncer ce trafic. Il se rend punissable aux yeux de la loi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.