Colis piégé dans un journal: dix ans de prison

ZurichUn quadragénaire a été reconnu coupable de tentative d'assassinat après l'envoi d'une bombe à un journal kosovar.

Les juges n'ont pas cru aux explications de l'accusé.

Les juges n'ont pas cru aux explications de l'accusé. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal pénal fédéral condamne l'expéditeur d'un colis piégé à 10 ans de prison. L'homme âgé de 41 ans est reconnu coupable de tentative d'assassinat. En 2002, il a envoyé la bombe à la rédaction zurichoise du journal albano-kosovar Bota sot. Elle n'a pas explosé.

La Cour a largement suivi le réquisitoire du procureur. Ce dernier avait demandé une peine de 11 ans de prison, alors que la défense avait réclamé l'acquittement. Le prévenu écope en outre d'une peine pécuniaire pour violation de la loi sur les armes.

Les juges n'ont pas cru aux explications de l'accusé, un homme disposant des nationalités suisse et macédonienne. Pour eux, il n'est pas plausible que le prévenu se soit assuré, avant d'envoyer le colis, que la bombe ne fonctionne pas.

«Donner une leçon»

L'enquête a démontré que le colis piégé aurait explosé, alors que l'on soulevait son couvercle, a rappelé mardi le tribunal lors de l'énoncé du jugement. Le fait que le détonateur n'ait pas été activé lors de la réception du colis en septembre 2002 n'est dû qu'au hasard.

Selon ses dires, l'accusé a simplement voulu «donner une leçon» à la rédaction du journal et se venger à travers cet acte. Durant la guerre au Kosovo, le média aurait rendu public l'itinéraire emprunté par les civils pour s'enfuir. Cette publication aurait entraîné des massacres. (ats/nxp)

Créé: 26.09.2017, 12h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.