La Comco enquête sur l'acquisition de CFF Cargo

SuisseLa Commission de la concurrence (Comco) craint que l'acquisition de CFF Cargo pourrait créer une position dominante.

La Comco ne veut pas aller trop vite dans l'acquisition de CFF Cargo.

La Comco ne veut pas aller trop vite dans l'acquisition de CFF Cargo. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'acquisition de CFF Cargo par les Chemins de fer fédéraux (CFF) et les transporteurs routiers Planzer et Camion-Transport présente, selon la Commission de la concurrence (Comco) des risques de «créer ou renforcer une position dominante dans différents marchés».

Dans un communiqué, le gendarme de la saine concurrence signale jeudi que l'examen préalable de l'opération a révélé «des indices de l'existence d'une position dominante» dans le domaine du transport ferroviaire de marchandises, des services d'opérateur et des services de transbordement. Dans ce dernier cas, il existe également un risque de «création d'une position dominante collective».

C'est la raison pour laquelle la Comco entend «examiner de façon approfondie la manière dont la concentration envisagée impacterait la concurrence». Ses conclusions sont attendues dans le délai légal de quatre mois.

L'annonce du projet de collaboration entre les CFF et quatre transporteurs routiers remonte à fin août. Planzer, Camion-Transport, Galliker et Bertschi avaient alors fait part de leur intention de prendre une participation dans CFF Cargo via un consortium baptisé Swiss Combi.

Ce dernier s'était porté acquéreur - pour un montant non divulgué - de 35% du capital-actions, les CFF conservant la majorité de contrôle avec les 65% restants. La participation de Planzer et Camion-Transport dans Swiss Combi se monte à 80% à parts égales, les 20% restans étant répartis entre Bertschi et Galliker, à raison de 10% chacun.

Nouveaux clients et optimisation

«L'objectif est de renforcer la compétitivité du chemin de fer au coeur de la chaîne logistique des clients et de faire intervenir les différents modes de transport sur leurs atouts respectifs», avaient alors indiqué les partenaires dans un communiqué conjoint.

Le rapprochement est en outre censé permettre à la filiale des CFF d'acquérir de nouveaux clients et d'optimiser l'utilisation de son matériel roulant.

CFF Cargo transporte en Suisse quelque 30 millions de tonnes de marchandises, ce qui équivaut à une capacité journalière de près de 10'000 convois en camion. Le rapprochement ne concerne pas la branche internationale de CFF Cargo, destinée à être séparée de CFF Cargo au printemps 2020, après quoi elle sera directement gérée par l'ex-régie fédérale.

Une privatisation partielle de CFF Cargo avait été évoquée par le Conseil fédéral il y a tout juste deux ans. Puis en décembre 2018, une ouverture du capital à l'économie privée avait été fixée comme un objectif stratégique pour 2019-2022.

La semaine dernière, le bras logistique des CFF avait annoncé un changement à sa tête, avec la nomination au 1er mars 2020 de Désirée Baer au poste de directrice générale (CEO), en remplacement de Nicolas Perrin, qui entrera à la même date au conseil d'administration de CFF Cargo. (ats/nxp)

Créé: 05.12.2019, 08h05

Articles en relation

CFF Cargo retrouve les chiffres noirs

Suisse Après le repli en 2017, la société de fret ferroviaire a enregistré un bénéfice au premier semestre 2018. Plus...

Il faut geler la restructuration de CFF Cargo

Suisse Près de la moitié des conseillers nationaux réclament un temps d'arrêt à la restructuration de CFF Cargo. Une nouvelle stratégie doit être définie au préalable Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.