Des communes fustigent la «fuite en avant» de Cointrin

GenèveUne trentaine de localités, dont six vaudoises, dénoncent la croissance programmée du trafic aérien. Et demandent à Berne de revoir sa copie.

La Confédération veut préparer l’aéroport à accueillir 25 millions de passagers d’ici à 2030.

La Confédération veut préparer l’aéroport à accueillir 25 millions de passagers d’ici à 2030. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les communes se mobilisent contre la croissance de l’aéroport. Trente et une localités, suisses et françaises, ont adopté une position identique pour contrer le développement programmé du trafic aérien. Ces communes rejettent sans détour les plans élaborés par la Confédération. «Nous lui demandons de reprendre ses travaux, commente Yvan Rochat, maire de Vernier. Berne ne tient absolument pas compte de l’impact du trafic aérien sur l’environnement, le bruit et la santé des riverains.»

La Confédération veut préparer l’aéroport à accueillir 25 millions de passagers d’ici à 2030 (17 millions aujourd’hui). Cela représente plus de 236'000 mouvements d’avions par année, ou encore 47 vols par heure. Pour ce faire, un Plan sectoriel des infrastructures aéronautiques (PSIA) est en cours d’élaboration par l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC). C’est contre ce PSIA que s’opposent les communes. Elles viennent de donner un préavis négatif lors de la procédure de consultation.

«Déni démocratique»
Sur la forme, les communes critiquent d’abord la manière dont s’est déroulée la consultation. «Les associations n’ont eu qu’un mois et demi, juste avant Noël, pour répondre à un document volumineux, déplore Yvan Rochat. Quant aux communes, elles n’ont reçu les plans précis qu’à la mi-janvier. Cette procédure est un pur déni démocratique.»

Les critiques sont bien plus vives sur le fond. Les communes déplorent le fait que le PSIA bafoue les lois protégeant la santé ou l’environnement ainsi que les engagements pris pour combattre le réchauffement climatique. «Ces engagements ne sont pas pris en compte par le PSIA, qui privilégie un développement économique et quantitatif basé sur la seule injonction faite à l’Aéroport de répondre à la demande.» Malgré une hausse prévue de la pollution et du bruit, la Confédération «entérine une fuite en avant conduisant à une impasse», écrivent les communes.

Les progrès techniques attendus sur les nouveaux avions ne trouvent pas grâce auprès d’elles. Elles en veulent pour preuve les affirmations de la Confédération qui a écrit que, malgré ces innovations, «les émissions de CO2 vont continuer de croître du fait de la hausse du nombre de mouvements». Le bruit constitue la principale préoccupation des riverains. Le Conseil d’État, dans une tentative d’y répondre, a obtenu de l’OFAC de réduire les courbes de bruit. Ce n’est pas suffisant, aux yeux des communes. «La courbe qu’on nous propose d’ici à 2030 représente encore plus de bruit qu’aujourd’hui, déplore Yvan Rochat. Et aucune mesure contraignante n’est prévue. Si l’Aéroport ne respecte pas ces courbes, il devra juste s’engager à faire mieux. Le Conseil d’État a été piétiné par une Confédération arrogante.»

«Normes dépassées»
L’impact sur la santé suscite les mêmes réserves. «Non seulement le PSIA entérine une situation où les normes légales relatives à la pollution de l’air sont dépassées, mais il admet une aggravation des atteintes.»

Les communes riveraines dénoncent encore la congestion du trafic que vont causer les passagers supplémentaires dans la zone de l’aéroport. Enfin, ils regrettent que le PSIA ne tienne pas compte de son impact sur le territoire français. «La Confédération joue un jeu dangereux, prévient le maire. On ne peut pas exclure que les Français fassent ce que les Allemands ont exigé à Kloten, en réclamant une baisse des survols de leur territoire.» Pour Yvan Rochat, l’Aéroport doit «réduire les activités sans valeur ajoutée liées à l’industrie touristique du low cost» et limiter les vols de nuits.

Les communes espèrent que la conseillère fédérale Doris Leuthard tiendra compte de leur point de vue, sachant qu’il n’existe pas de voie de recours au PSIA. L’autre arme dont elles disposent est l’initiative cantonale qui demande une «gestion démocratique» de l’aéroport. «Mais le contre-projet que veut élaborer le Grand Conseil est une manœuvre dilatoire qui laisse le champ libre à la Confédération. Genève abandonne sa souveraineté.» Sollicité, le Conseil d’État n’a pas souhaité réagir à la prise de position des communes. (24 heures)

Créé: 28.02.2018, 22h12

Les signataires

Trente et une communes ont signé, à ce jour, la réponse commune à l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC). D’autres pourraient suivre ces prochains jours.

À Genève:
Aire-la-Ville, Avully, Avusy, Cartigny, Céligny, Chancy, Collex-Bossy, Dardagny, Genthod, Grand-Saconnex, Meyrin, Pregny-Chambésy, Russin, Satigny, Vernier et Versoix.

Dans le canton de Vaud:
Commugny, Coppet, Crans-près-Céligny, Eysins, Mies et Tannay.

Dans l’Ain:
Divonne-les-Bains, Ferney-Voltaire, Ornex, Pougny,
Sauverny et Versonnex.

En Haute-Savoie:
Chens-sur-Léman, Nernier et Yvoire.



«L’Aéroport doit réduire les activités sans valeur ajoutée liées à l’industrie touristique du low cost», Yvan
Rochat, maire de Vernier

Articles en relation

Le Terminal élargi avec succès. Moins d’attente à Cointrin

Genève Aéroport L’aéroport multiplie les mesures pour accélérer les contrôles de sécurité et atténuer le stress. Reportage de fin de vacances. Plus...

Une société veut proposer des vols à gogo de Genève

Transport aérien Après Zurich et Londres, Surf Air vise Cointrin. Son concept de forfait illimité séduit mais n’est pas encore rentable. Plus...

«Il n’y a pas de conflit d’intérêts à Cointrin»

Clarification Les Paradise Papers ont dévoilé qu'André Schneider, directeur de Genève Aéroport, fait partie d'un groupe zougois qui gère le fonds souverain angolais. Certains craignent un conflit d'intérêts. Plus...

L’aéroport devra grandir en mettant la sourdine

Cointrin Négociée avec Genève, la feuille de route que Berne compte imposer au tarmac genevois jusqu’en 2030 est mise en consultation. Plus...

A l’étroit, Cointrin ploie sous les passagers

Transports Genève Aéroport a passé le cap des 16 millions de passagers en 2016. La météo trouble le trafic durant les Fêtes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...