La Confédération dépense 1 franc sur 3 à Berne

Marchés publicsEn 2011, la Confédération a dépensé 4889 millions en travaux. Berne se taille la part du lion. Embarrassant alors que la guerre pour la restitution des surplus de primes bat son plein


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La manne fédérale des marchés publics ne bénéficie pas à tous les cantons de manière égale. Berne notamment se taille la part du lion. Avec 31% (soit 1518 millions sur les 4889 millions de travaux adjugés en Suisse), Berne touche à lui seul plus de trois fois ce que reçoivent l’ensemble des cantons romands. Ces chiffres questionnent les élus!

L’Office fédéral des constructions et de la logistique avait déjà rendu public les chiffres des adjudications en décembre. La semaine dernière, ce même office a donné les chiffres détaillés par canton au Tages Anzeiger qui s'est empressé de les publier.

Egalité des chances

Articulée en millions de francs, la comparaison entre Berne (1518 millions, soit 31%) et les cantons romands est cruelle. Ainsi le canton de Vaud touche 163 millions (3,3%), Genève 125 millions (2,6%), Fribourg 130 millions (2,7%) , Jura 23 millions (0,5%), le Valais 53 millions (1,1%) et Neuchâtel 40 millions (0,8%).

De toute évidence, la part revenant aux entreprises de Suisse romande est sensiblement inférieure au poids économique des cantons concernés. «Nous avons un gros travail à faire!», positive Antonio Hodgers.

Le Vert genevois a empoigné le dossier de la sous-représentation latine dans les appels d’offres publics de la Confédération depuis deux ans. Et en décembre dernier, il a remporté une première victoire: le Conseil fédéral a accepté sa motion qui exige des mesures pour améliorer l’égalité des chances entre régions linguistiques.

Souci de transparence

Les chiffres publiés vont dans ce sens et dénotent un souci de transparence. «René Graf, le vice-directeur de l’Office fédéral des constructions a pris contact avec moi. Mais aussi avec d'autres acteurs de ce dossier. Il semble très motivé. Mais le problème est complexe. Car les mauvaises habitudes sont prises aussi du côté des entreprises romandes. On constate aussi que, proportionnellement, les entreprises romandes répondent moins aux appels d’offres que les Suisses alémaniques», note Antonio Hodgers.

«La langue de travail utilisée lors des appels d’offres est généralement l’allemand. Cela dissuade pas mal les entrepreneurs romands! De plus, comme ils emportent moins souvent le morceau, ils postulent moins. Comme souvent dans les phénomènes de discrimination, chacun porte une part de responsabilité», commente Antonio Hodgers.

La guerre du fédéralisme

Il n’empêche que la destination et les montants de l’attribution des marchés publics résonnent comme un argument supplémentaire pour se pencher avec soin sur le principe de solidarité intercantonale. Effectivement, la polémique sur le fédéralisme bat son plein.

L'épisode actuel de la guerre des primes maladie encaissées en trop dans la plupart des cantons romands au bénéfice de certains cantons alémaniques suscite une mobilisation générale des Romands: surtout des cantons de Vaud et Genève, grands contributeurs à la péréquation intercantonale.

Car, encore une fois, le canton de Berne est privilégié. La proximité géographique explique évidemment la surreprésentation bernoise dans les marchés publics, mais 31% c’est tout de même énorme, s’étonne Antonio Hodgers.

Créé: 28.01.2013, 09h38

Articles en relation

Berne va examiner le problème des Romands délaissés

Marchés publics Le Conseil fédéral veut savoir pourquoi seuls 9% des projets soumis à appel d'offres par la Confédération sont attribués à des Romands. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.