Passer au contenu principal

Congé parental ou paternité: rejeté à Berne

Un congé parental ne semble pas avoir plus de chance de passer le cap du National que le congé paternité.

ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION, AFP

La commission de la sécurité sociale rejette par 15 voix contre 7 une initiative parlementaire PBD visant une solution globale pour les parents.

Déposé par la Zurichoise Rosmarie Quadranti, le texte exige un congé parental d'au plus 14 semaines en complément au congé de maternité suivant l'accouchement. Les modalités de partage du temps entre les deux parents resteraient à définir, la durée totale ne pouvant excéder 28 semaines.

La majorité n'y est pas favorable pour des raisons financières, ont indiqué vendredi les services du Parlement. Les assurances sociales sont déjà fortement mises à contribution, elles ne seraient pas en mesure de supporter des prestations supplémentaires s'élevant à près de 1,4 milliard de francs, fait valoir la majorité en renvoyant la balle au secteur privé: employeurs et employés demeurent libres de s'entendre sur une solution contractuelle.

La minorité de la commission souhaite au contraire que les parents de fraîche date bénéficient d'une aide afin de pouvoir concilier vie professionnelle et vie familiale. Les femmes ayant une bonne formation pourraient ainsi rester sur le marché du travail.

Geste si la mère décède

La commission soutient juste un geste pour les familles dont la mère décède dans les quatorze semaines suivant la naissance de l'enfant. Par 13 voix contre 8, elle souhaite donner suite à une initiative vert'libérale proposant d'octroyer dans ce cas le congé-maternité au père.

Cette situation se limite à quelques rares cas par an, mais constitue alors une véritable tragédie. La commission du Conseil des États doit encore donner son feu vert pour qu'un projet puisse être élaboré.

Le National a refusé un soutien général aux pères en avril. Il a enterré une demande PDC de congé paternité de deux semaines. Des associations et des syndicats récoltent actuellement des signatures pour une initiative populaire qui exige un congé paternité d'au moins quatre semaines.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.