Passer au contenu principal

Le Conseil des Etats veut un avion de transport militaire

Le Conseil des Etats a décidé mardi que la Suisse doit acquérir un avion de transport militaire.

La dernière tentative d'équiper la Suisse d'avions de transports remonte à 2004, avec deux Casa C-295M. Le Parlement avait mis son veto.
La dernière tentative d'équiper la Suisse d'avions de transports remonte à 2004, avec deux Casa C-295M. Le Parlement avait mis son veto.
Keystone

La Confédération doit acquérir un ou plusieurs avions de transport militaires, essentiellement pour des missions de promotion de la paix et de coopération à l'étranger. Le Conseil des Etats l'a exigé ce mardi 10 mars en approuvant tacitement deux motions en ce sens, avec l'accord du Conseil fédéral.

L'administration étudie la question depuis l'automne passé, a déclaré le ministre de la défense Ueli Maurer. Le Conseil fédéral devrait se saisir du dossier durant la première moitié de l'année. Il s'agit de déterminer ce que l'avion devra transporter et quelle devra être son autonomie. Outre le Département de la défense, ceux des affaires étrangères et de justice et police sont aussi impliqués.

Le Parlement avait refusé, dans le programme d'armement 2004, l'achat de deux avions de transport pour 109 millions de francs.

En 2014, par deux fois, la Confédération a dû renoncer à intervenir dans le cadre de missions à l'étranger par manque d'infrastructure de transport, a argumenté Géraldine Savary (PS/PS) pour justifier sa motion. En Libye, dans le cadre du rapatriement du personnel de l'ambassade de Suisse, et en Afrique dans le cadre de l'intervention internationale contre l'épidémie provoquée par le virus Ebola.

Avion loué à l'Espagne

Plusieurs fois par semaine, la Suisse loue un avion de transport espagnol pour amener hommes et matériel dans le cadre de ses missions de maintien de la paix au Kosovo, a ajouté la socialiste.

Dans la seconde motion, Peter Bieri (PDC/ZG) demande au gouvernement de soumettre un projet dans le cadre d'un des prochains programmes d'armement, «mais au plus tard d'ici à 2018». Ces avions seront mis à disposition essentiellement pour des missions internationales en faveur de la paix, civiles ou militaires, pour l'aide en cas de catastrophe et pour le rapatriement d'urgence de citoyens suisses.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.