Conseil fédéral: les femmes se feront entendre

Départ de Schneider-AmmannLe départ annoncé de Johann Schneider-Ammann suscitera les convoitises des femmes PLR. Karin Keller-Sutter est la favorite.

Johann Schneider-Ammann va-t-il céder sa place à Karin Keller-Sutter fin 2019?

Johann Schneider-Ammann va-t-il céder sa place à Karin Keller-Sutter fin 2019? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'annonce de Johann Schneider-Ammann de ne pas rester après 2019 au Conseil fédéral va susciter les convoitises au PLR. Les femmes feront entendre leur voix. Karin Keller-Sutter pourrait prendre sa revanche. La succession de Doris Leuthard ouvre le jeu.

L'échec de la Vaudoise Isabelle Moret lors de la succession de Didier Burkhalter a fâché plus d'une femme. Avec Ignazio Cassis, les représentants PLR au Conseil fédéral sont tous masculins. La pression pour qu'une ministre libérale-radicale siège au gouvernement sera forte. Elisabeth Kopp est jusqu'ici la seule femme du parti à avoir été conseillère fédérale.

Une femme...

Candidate en même temps que Johann Schneider-Ammann en 2010, la Saint-Galloise Karin Keller-Sutter, désormais conseillère aux Etats, pourrait voir enfin les portes du Conseil fédéral s'ouvrir. A moins qu'elle ne renonce à se présenter.

D'autres femmes issues du Parlement pourraient se lancer, dont la conseillère nationale schwyzoise et présidente du parti Petra Gössi. Comme Karin Keller-Sutter, elle a l'avantage de venir d'une région dépourvue de ministre.

La Suisse orientale, la Suisse centrale et la Suisse du nord-ouest ne sont actuellement pas représentées au gouvernement. Cet aspect pourrait motiver Daniela Schneeberger (BL).

Regine Sauter (ZH), Christa Markwalder (BE), Doris Fiala (ZH) ou Corina Eichenberger (AG) pourraient aussi jouer la carte «femmes». Il n'est pas exclu que des ministres cantonales se lancent dans la course, comme la Zurichoise Carmen Walker Späh, la Schwyzoise Petra Steimen-Rickenbacher, l'Uranaise Barbara Bär, la Nidwaldienne Yvonne von Deschwanden ou l'Obwadienne Maya Büchi.

Ou un homme ?

Pour donner toutes chances à une femme, le PLR pourrait rompre avec ses habitudes et présenter un ticket uniquement féminin. S'il continue à miser sur un ticket homme-femme, plusieurs candidats masculins pourraient se profiler. La provenance régionale revêtira un rôle important.

Les conseillers aux Etats Andrea Caroni (AR), Martin Schmid (GR) et Damian Müller (LU) tout comme le conseiller national Marcel Dobler (SG) pourraient jouer cet atout. Pourraient également se lancer le conseiller aux Etats Ruedi Noser (ZH) et les conseillers nationaux Beat Walti (ZH), Hans-Peter Portmann (ZH) et Christian Wasserfallen (BE).

La succession de Johann Schneider-Ammann dépendra d'une autre élection au Conseil fédéral: celle de la personne qui devra reprendre le flambeau à Doris Leuthard. La démocrate-chrétienne argovienne a fait savoir que la législature en cours sera la dernière pour elle au gouvernement.

Et le PDC ?

Si les départs étaient synchronisés, ils laisseraient une très large marge de manoeuvre au Parlement. Doris Leuthard pourrait toutefois se retirer avant le ministre de l'économie. Les pressions seront fortes pour éviter que Simonetta Sommaruga ne soit la seule femme au gouvernement. Les femmes PDC ont déjà annoncé qu'elles voulaient un ticket 100% féminin.

Parmi les candidates potentielles figurent les conseillères nationales Viola Amherd (VS), Ida Glanzmann (LU), Andrea Gmür (LU), Ruth Humbel (AG), Elisabeth Schneider-Schneiter (BL) ou la conseillère aux Etats Brigitte Häberli (TG). Une conseillère d'Etat pourrait aussi être de la partie comme l'Uranaise Heidi Z'Graggen ou l'Argovienne Carmen Haag.

Mais la pression géographique pourrait servir la cause d'un homme comme les Grisons Martin Candinas et Stefan Engler, le Lucernois Konrad Graber ou l'Obwaldien Erich Ettlin. Le Soleurois Pirmin Bischof pourrait aussi avoir des ambitions gouvernementales. Tous sauf Martin Candinas sont conseillers aux Etats.

Lorsque Doris Leuthard a été élue au Conseil fédéral, elle présidait le PDC. L'actuel président, le Zougois Gerhard Pfister, pourrait tenter le coup. Son profil à droite peut lui valoir des sympathies à l'UDC voire au PLR.

Autre départ ?

Reste une autre inconnue: le départ de l'UDC Ueli Maurer. Le Zurichois a annoncé qu'il rempilerait. Mais nul ne sait s'il tiendra parole. Et si la conseillère nationale grisonne Magdalena Martullo, dans le sillage de son père Christoph Blocher, a des ambitions gouvernementales.

Les autres ministres en place n'ont pas signalé à ce stade leurs intentions. La socialiste Simonetta Sommaruga est en poste depuis 2010, son camarade de parti Alain Berset depuis 2012, l'UDC Guy Parmelin depuis 2016 et le PLR Ignazio Cassis depuis 2017. (ats/nxp)

Créé: 27.04.2018, 10h26

Articles en relation

Schneider-Ammann laisse le rire pour tout héritage

Berne Capitaine d'industrie plus qu'homme d'Etat, Johann Schneider-Ammann, 66 ans, n'a jamais paru vraiment à l'aise dans son costume de ministre de l'Économie. Plus...

Schneider-Ammann ne sera pas candidat en 2019

Politique Dans une interview à la NZZ, le ministre de l'Economie annonce qu'il ne briguera pas un nouveau mandat de conseiller fédéral. Plus...

Schneider-Ammann vit une fin de règne difficile

Conseil fédéral Les critiques du milieu paysan et le récent boycott des travailleurs âgés ternissent déjà le bilan d’un ministre qui s’accroche. Plus...

Johann Schneider-Ammann s’enlise dans le bourbier agricole

Economie Alors qu’il tente de signer un accord de libre-échange avec l’Amérique du Sud, le Ministre braque les paysans dans l’affaire Agroscope. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.