Passer au contenu principal

Le Conseil fédéral reporte la votation du 17 mai

Le scrutin populaire portant notamment sur la libre circulation des personnes avec l'Union européenne a été suspendu ce mercredi à cause de la pandémie de coronavirus.

Le Conseil fédéral décidera d'ici à fin mai s'il ordonne l'organisation d'une votation pour le 27 septembre.
Le Conseil fédéral décidera d'ici à fin mai s'il ordonne l'organisation d'une votation pour le 27 septembre.
Keystone

Il n'y aura pas de votation populaire le 17 mai, a décidé mercredi le Conseil fédéral. Tous délais pour la récolte des signatures et le traitement des initiatives populaires et des demandes de référendum en cours seront temporairement suspendus.

La tenue correcte d'une votation populaire nécessite non seulement l'organisation de la votation au sens strict, mais implique aussi que les citoyens puissent se former librement leur opinion. Cela implique en particulier qu'une campagne puisse avoir lieu avant la votation, justifie le gouvernement.

Le Conseil fédéral et les médias jouent un rôle déterminant. Or, en raison de l'épidémie de COVID-19, les séances d'information et les manifestations publiques sont interdites. Les partis et autres acteurs politiques ne peuvent pas se réunir pour fixer leur mot d'ordre.

Sont ainsi reportées la votation sur l'initiative de l'UDC visant à résilier la libre circulation des personnes avec l'UE, la réforme de la loi sur la chasse et celle sur l'augmentation des déductions fiscales pour la garde extrafamiliale des enfants.

Le Conseil fédéral devra décider d'ici à fin mai s'il ordonne l'organisation d'un scrutin pour le 27 septembre et déterminer, le cas échéant, les objets soumis au peuple.

Les partis saluent

Partis et organisations ont salué la décision du Conseil fédéral de repousser les votations. La santé des Suisses a la priorité, a indiqué le PDC. Maintenir le vote serait discutable si les citoyens n'ont pas les moyens de se forger une opinion, selon l'UDC.

Pour l'Union syndicale suisse, il faut aujourd'hui lutter contre cette pandémie et veiller à ses conséquences pour les travailleurs en Suisse. La santé de la population suisse doit être une priorité dans l'organisation d'un scrutin à forte intensité émotionnelle, souligne pour sa part economiesuisse.

Multinationales

Les mesures mises en place pour freiner l'épidémie ne permettent plus de récolter des signatures pour des initiatives populaires ou des référendums. Les délais seront donc suspendus. Le traitement des initiatives populaires sera aussi prolongé.

Cela concerne en particulier l'initiative sur les multinationales responsables. Le délai de traitement par le Parlement échoue le 10 avril. La durée de la suspension des délais, la date à laquelle la suspension entrera en vigueur ainsi que les autres modalités seront réglées dans une ordonnance du Conseil fédéral.

Enfin, le gouvernement recommande expressément aux cantons et aux communes de n'autoriser les assemblées communales que lorsque celles-ci sont absolument nécessaires. Appenzell Rhodes-Intérieures et Glaris ont ajourné leurs Landsgemeinden. Une décision «juste», estime l'exécutif.

Pas une première

En 1951, le Conseil fédéral avait déjà renoncé à la tenue d'un scrutin en raison d'une épizootie de fièvre aphteuse. Celle-ci aurait empêché le bon déroulement de la votation dans plusieurs cantons.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.