Conseil national: en lice, 73 Suisses de l'étranger

SuisseDe Tokyo à Seattle en passant par Yaoundé, septante-trois Suisses de l'étranger participent à l'élection pour le Conseil national le 20 octobre prochain.

Le Conseil national.

Le Conseil national. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Septante-trois candidats suisses vivant à l'étranger tentent leur chance pour représenter leur canton d'origine au sein de la chambre basse. Ce chiffre ne constitue toutefois pas un record. Ils étaient 77 sur les rangs en 2011. En 2015, 57 membres de la cinquième Suisse s'étaient présentés, selon une analyse de données de Keystone-ATS se basant sur les chiffres de l'Office fédéral de la statistique.

Plus de deux tiers des candidats sont des hommes (68,5%), un chiffre nettement supérieur à la moyenne globale du scrutin 2019 (40,3%). Ils sont également plus âgés: 50,8 ans en moyenne, soit 10,2 ans de plus que l'ensemble des candidats.

Deux cinquièmes des candidats vivent dans un pays voisin. Ils sont 11 à s'être établis en Allemagne, 11 en France et cinq en Italie. Un seul candidat vit en Autriche, et un autre dans la Principauté du Liechtenstein. Au total, 52 prétendants vivent en Europe.

A plus de 10'000 kilomètres

Avec huit candidats, l'Afrique est le deuxième continent le plus représenté, devant l'Asie (5). Cinq candidats vivent sur le sous-continent sud-américain et trois sur le sous-continent nord-américain.

André Dünner, qui se présente sous les couleurs du Parti pirate, est le candidat le plus éloigné de la Suisse. Le «creative manager» indépendant vit à Lima au Pérou, à près de 10'600 km de la Coupole fédérale. Il se présente dans le canton de Zurich.

Près de 40% des candidats de l'étranger figurent sur des listes socialistes (37,3%). Le parti de gauche présente une liste internationale dans les cantons de Berne, Lucerne, Fribourg et Genève. Moins d'un quart sont issus des rangs de l'UDC (23%), qui a déposé des listes internationales dans les cantons des Grisons, de Lucerne et de Bâle-Campagne. Le PDC tessinois et les Vert'libéraux lucernois ont aussi une liste réservée aux candidats de la cinquième Suisse.

Aucun des 73 candidats n'est au bénéfice d'une notoriété particulière. Si un Suisse de l'étranger est élu le 20 octobre, ce ne sera pas une première. L'ancien diplomate Tim Guldimann a conquis en 2015 son siège de conseiller national depuis Berlin en se présentant sous la bannière du PS zurichois. Tim Guldimann a cependant démissionné deux ans après son élection. Il a trouvé difficile de faire de la politique dans un milieu différent de l'endroit où il vit. (ats/nxp)

Créé: 20.09.2019, 12h21

Articles en relation

Le PLR veut la seconde place du podium fédéral

Elections fédérales Le parti de l’économie a la ferme intention de supplanter le PS cet automne. Mais plusieurs défis l’attendent. Plus...

Plus de 4650 candidats en lice pour le National

Élections fédérales À l'occasion des élections fédérales en octobre, tous les cantons annoncent plus de candidats, à l'exception de Genève. Plus...

Avoir un nom étranger pénalise les candidats aux élections fédérales

Etude Une analyse des votes de 2015 montre que les noms de famille étrangers sont plus souvent biffés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.