«Les consommateurs sont complètement oubliés»

AgricultureL'organisation paysanne Uniterre défend son initiative populaire pour la souveraineté alimentaire, soumise à votation le 23 septembre.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une agriculture écologique, tournée vers la production locale et sans OGM, offrant des conditions de travail équitables. Mais aussi des barrières douanières pour les produits étrangers. Telles sont les propositions contenues dans l’initiative d’Uniterre soumise au vote le 23 septembre. La députée Verte fribourgeoise Sylvie Bonvin soutient ce texte. Interview.

Les Suisses ont voté en faveur de la sécurité alimentaire l’an dernier. Quelle est la différence avec la souveraineté alimentaire?
La sécurité alimentaire implique qu’il y ait assez à manger pour tout le monde. La souveraineté alimentaire, cela signifie que le producteur et le consommateur sont souverains dans leurs décisions concernant l’alimentation et la production agricole. On ne parle donc plus de quantité, mais d’organisation. C’est un système adapté à la Suisse, qui évite de mettre en concurrence les pays du Nord et du Sud, une agriculture qui permet aux grands comme aux petits d’assurer leur avenir.

Comment parvenir à cette souveraineté?
Chaque communauté doit pouvoir organiser et décider quel type d’alimentation elle veut. Ce ne sont pas des accords internationaux, des surplus de production des multinationales ou Migros et Coop qui doivent décider ce que nous mangeons, ni comment c’est produit, transporté, etc. L’État, qui représente la population, doit reprendre la main sur l’économie.

Vous voulez une agriculture planifiée, un État qui décide de tout, comme l’ex-URSS?
C’est toujours un terme qui fait peur. On l’a vu quand on a libéralisé le secteur laitier. L’État s’est désengagé et a dit aux paysans que l’offre et la demande devraient décider. Aujourd’hui, le marché a de la peine à s’organiser. Les forces en présence ne sont pas équilibrées. On a des paysans d’un côté, des multinationales de l’autre, et aucune transparence sur les prix. Cette situation ne donne pas aux producteurs les bons outils de négociation. Les consommateurs, eux, sont complètement oubliés. Quand l’État organise les choses et exige de la transparence, le marché devient beaucoup plus fluide et équitable.

Votre initiative arrive en même temps que celle des Verts sur les aliments équitables. Est-ce un risque, sachant que vos adversaires les rejettent en bloc?
S’il y a autant de textes, c’est signe que le consommateur veut se réapproprier son alimentation, qui ne va pas dans le bon sens. Je pense que ces deux initiatives sont complémentaires. Elles poursuivent des buts identiques, mais avec des moyens différents. L’une à travers l’organisation, l’autre en parlant de qualité des produits. Cela permet en tout cas de bien discuter de cette problématique. (24 heures)

Créé: 13.08.2018, 19h20

Articles en relation

Les initiatives sur l'agriculture prennent un bon départ

Votations du 23 septembre Notre premier sondage montre un net soutien à deux des trois textes soumis au peuple Plus...

Souveraineté alimentaire: une commission dit non

Conseil national La commission de l'économie du National prône le rejet sans contre-projet de l'initiative populaire du syndicat paysan Uniterre. Plus...

Le oui massif à l'article sur la sécurité alimentaire réjouit le monde paysan

Votations fédérales Tous les cantons ont accepté le nouvel article constitutionnel. Pour les paysans, c’est un soutien à l’agriculture indigène. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.