Passer au contenu principal

Le coronavirus aide l’UDC sur la libre circulation des personnes

L’épidémie installe un climat de protectionnisme, mais l’UDC se garde d’en faire trop sur un virus mortel.

Il n’y a pas de mesures particulières à la douane de Chiasso (TI), par où passent des milliers de transfrontaliers italiens chaque jour.
Il n’y a pas de mesures particulières à la douane de Chiasso (TI), par où passent des milliers de transfrontaliers italiens chaque jour.
KEYSTONE

L’UDC n’est plus seule à combattre la libre circulation des personnes avec l’UE, qui passe en votation le 17 mai. Elle vient d’avoir un renfort inattendu: le coronavirus. L’épidémie installe en effet un climat de protectionnisme sanitaire où l’on parle jour après jour de fermeture des frontières, de villes en quarantaine et, plus généralement, de risques dus à la mobilité. Un discours qui reflète la face sombre de la libre circulation des personnes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.