Passer au contenu principal

Malgré le coronavirus, Air China dessert encore la Suisse

Plusieurs pays ont coupé les liaisons directes avec Pékin ou Shanghai. A Berne, on estime qu'informer les passagers suffit.

Image d'illustration
Image d'illustration
LAURENT GUIRAUD

Pas question d’interdire pour l’heure les vols à destination et en provenance de Chine. La Suisse ne fait pas preuve de la même intransigeance que l’Italie, par exemple, qui a pris cette mesure fin janvier après avoir détecté sur son sol la présence de deux touristes chinois infectés par le coronavirus. Un avion d’Air China parti de Pékin a ainsi pu atterrir à Genève-Cointrin jeudi matin, comme prévu. A son bord, 157 passagers. En arrivant sur le tarmac, ils ont reçu un bulletin d’information, où ils ont pu lire que le port d’un masque de protection n’est pas jugé nécessaire en Suisse. Il leur est conseillé de se laver les mains avec une solution hydro-alcoolique et de s’adresser à un médecin en cas de symptômes respiratoires.

----------

Lire aussi:Pékin reprend le contrôle de l’information

----------

Cette procédure est celle dictée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), en coordination avec le médecin de frontière. Ne faudrait-il pas envisager de contrôler la température de toutes les personnes arrivant de Chine? C’est ce qui est fait depuis jeudi à l’aéroport de Vienne, sur ordre des autorités autrichiennes. Pour Berne, c’est superflu. «Au départ de Chine, les passagers passent par un screening de température et doivent porter un masque à bord de l’appareil, précise un porte-parole de l’OFSP. Mais les aéroports suisses sont prêts à mettre en place des mesures comme celles prises à Vienne, avec le soutien de l’armée, le cas échéant.»

Les trois vols hebdomadaires Genève-Pékin opérés par Air China restent donc autorisés. En revanche, il n’y a plus aucune liaison directe entre Zurich et la Chine – et ce au moins jusqu’au 29 février. La compagnie Swiss a en effet décidé en début de semaine de prolonger la suspension initialement prévue jusqu’à ce dimanche. Douze vols par semaine (sept pour Shanghai et cinq pour Pékin) sont annulés. «Les passagers concernés peuvent modifier sans frais la date de leur voyage ou se faire rembourser», indique le service de presse de Swiss.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.