La vie reprend à Pékin après des semaines de confinement

ChineAlors que l’Europe s’enfonce dans la crise, la Chine assure que le pic de l’épidémie est passé et offre son expertise au reste de la planète.

Les Chinois aussi profitent des premiers rayons de soleil après un hiver particulièrement long et rigoureux.

Les Chinois aussi profitent des premiers rayons de soleil après un hiver particulièrement long et rigoureux. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les rues de Pékin commencent à reprendre des couleurs, à l’heure où les cerisiers fleurissent après des mois d’hibernation. Les Chinois aussi profitent des premiers rayons de soleil après un hiver particulièrement long et rigoureux dans la capitale, cette année. Frappés de plein fouet par l’épidémie de coronavirus durant le Nouvel-An lunaire, les Pékinois aperçoivent enfin la lumière au bout du tunnel. Les 21 millions d’habitants de la mégalopole se réapproprient les lieux publics qu’ils ont si longtemps délaissés ces dernières semaines, effrayés par l’épidémie qui a fait 3248 morts et 80'967 contaminés dans le pays.

Officiellement, «le pic de l’épidémie est passé», d’après les déclarations de la Commission nationale de la santé la semaine dernière. Le 18 mars, pour la première fois depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent, la Chine ne recensait aucun nouveau cas local de coronavirus. Désormais, les personnes revenant de l’étranger sont dans le viseur.

Signe que Pékin, après des semaines de léthargie, est devenu un havre de paix et un lieu sûr, nombre d’étudiants chinois résidant à l’étranger se ruent pour revenir en Chine, tout comme certains expatriés. Sur les réseaux sociaux, des avions remplis de passagers affublés de masques, lunettes de protection et blouses intégrales pullulent.

Devant cet afflux massif de voyageurs, la Chine a rehaussé ses conditions d’entrée sur son territoire. Depuis le 16 mars, tout voyageur revenant de l’étranger doit observer un isolement dans des centres d’accueil collectifs, et non plus à domicile comme il était possible auparavant. Ces centres collectifs désignent des hôtels réquisitionnés, dont les frais sont à la charge des voyageurs. Vendredi, les autorités locales ont dérouté certains vols internationaux à destination de la capitale chinoise vers des terminaux en province, pour décongestionner les aéroports de Pékin, où les contrôles médicaux ralentissent le transit des visiteurs.

Dans le même temps, les restrictions s’assouplissent dans la capitale, où les Pékinois n’ont plus l’obligation de porter un masque sur leur visage dans la rue, à moins d’être dans des endroits confinés en présence d’autres individus. Mais il est toujours recommandé d’en avoir un à portée de main. Les commerces qui ont survécu à la crise sanitaire commencent à rouvrir leurs portes. D’après les autorités locales, 95% des grandes entreprises et 60% des PME ont repris leur activité dans le pays, à l’exception de la province du Hubei, toujours sous cloche. Mais dans le foyer de l’épidémie aussi, les mesures sont moins drastiques et certains habitants, lavés de tout soupçon, sont autorisés à se déplacer.

Désormais, le régime communiste, prompt à déclarer que la situation est sous contrôle chez lui, s’efforce d’apporter son expertise à la communauté internationale face à une crise sanitaire devenue mondiale. Mercredi dernier, la Chine a annoncé l’envoi de 2 millions de masques chirurgicaux et de 50'000 kits de dépistage à destination de l’Europe. Un geste qui a suscité la «gratitude» d’Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, alors que le président serbe remerciait son «frère et ami» Xi Jinping, arguant que désormais «le seul pays qui peut nous aider est la Chine», tout en égratignant une «solidarité européenne qui n’existe pas».

Le président chinois a aussi tenu à soutenir Giuseppe Conte, le président du Conseil italien, alors que la péninsule recense désormais plus de morts que la Chine (3405 décès), espérant une «Health Silk Road» lors d’une conversation téléphonique. Une référence au projet des nouvelles routes de la soie, mené personnellement par Xi et critiqué par plusieurs pays pour ses visées hégémoniques. La Chine multiplie ses envois à travers le monde pour faire oublier que le pays a longtemps tardé à réagir face à une épidémie qui a émergé sur son sol avant de se répandre sur la planète entière. Avide de devenir un poids lourd dans les instances internationales, Pékin s’érige en héraut de la réponse internationale à grand renfort d’articles élogieux dans les médias d’État.

Sur Twitter, plateforme bannie dans le pays, les diplomates de la République populaire de Chine défendent désormais l’honneur du pays, affirmant pour certains que le virus aurait été créé par les Américains, relayant une thèse complotiste populaire auprès de certains internautes chinois. En réaction, le président américain, Donald Trump, parle de «virus chinois» pour qualifier le Covid-19, provoquant l’ire de Pékin, pressé de redorer son blason à l’international et auprès de sa population qui commence tout juste à revivre.

Créé: 20.03.2020, 19h41

Articles en relation

Les quarantaines font exploser le nombre de divorces en Chine

Covid-19 Avec la levée progressive des mesures de confinement, plusieurs villes enregistrent une hausse en flèche des demandes de divorce et des cas de violences conjugales, rapportent les médias chinois. Plus...

Pékin tente de remettre tout le pays au travail

Chine Alors que le rythme de propagation du coronavirus diminue, Pékin veut relancer l’économie. Plus...

Le coronavirus offre un bol d’air à la planète

Epidémie La paralysie de l'activité industrielle en Chine a fait chuter les émissions de CO2 du géant asiatique d'au moins 25%, selon une étude finlandaise. Plus...

Le coronavirus offre un bol d’air à la planète

Epidémie La paralysie de l'activité industrielle en Chine a fait chuter les émissions de CO2 du géant asiatique d'au moins 25%, selon une étude finlandaise. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.