New York, l’Illinois et la Californie se barricadent à leur tour

États-UnisAprès la Californie jeudi, deux autres États ont annoncé vendredi un durcissement des mesures contre le coronavirus. Trump exclut une quarantaine nationale.

Times Square, à New York, complètement désert.

Times Square, à New York, complètement désert. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand Andrew Cuomo parle de sa mère de 88 ans ces jours, le gouverneur de New York s’apprête en général à demander à ses concitoyens de faire des sacrifices. Il n’a pas dérogé à ses habitudes vendredi en annonçant la «loi Matilda». Cette série de mesures, portant le nom de sa maman, a pour but de forcer les New-Yorkais à rester chez eux dès dimanche. «Soyez intelligents pour ma mère et pour votre mère», a déclaré Andrew Cuomo vendredi matin à Albany, la capitale de l’État de New York. «Cela a pour but de les protéger.»

Le gouverneur de New York, l’État le plus touché par le coronavirus outre-Atlantique, a ordonné à tous les employés des entreprises qui ne sont pas considérées comme indispensables de rester à la maison. Il a banni les rassemblements et annoncé des mesures encore plus contraignantes pour les personnes de plus de 70 ans. Celles-ci sont notamment priées de vérifier la température de leurs visiteurs et doivent porter un masque dans toutes leurs interactions avec d’autres personnes.

Gavin Newsom, le gouverneur de Californie, a précédé Andrew Cuomo en demandant jeudi soir à 40 millions de Californiens de rester chez eux. L’Illinois, l’État du Midwest où se trouve Chicago, a imité vendredi soir la Californie et New York. Un Américain sur cinq est désormais soumis à des mesures de confinement. Phil Murphy, le gouverneur du New Jersey, déjà partiellement confiné, a prévenu vendredi que son État, voisin de New York, se préparait à «resserrer la vis» ce week-end.

Cette volonté des gouverneurs de plusieurs États de limiter drastiquement les interactions entre leurs citoyens ne se reflète pas à Washington. Donald Trump a rejeté des mesures de quarantaine à l’échelle américaine. «Je ne crois pas que nous en aurons besoin un jour», a-t-il affirmé vendredi lors d’une conférence de presse. «Vous allez dans le Midwest et dans d’autres endroits, ils regardent [l’épidémie de coronavirus] à la télévision mais n’ont pas les mêmes problèmes.»

Donald Trump s’est raccroché vendredi à l’espoir que la chloroquine, un médicament antimalaria, puisse traiter le coronavirus. «J’ai vu des choses impressionnantes et nous le saurons bientôt.» Le docteur Anthony Fauci, le principal expert du gouvernement Trump dans la lutte contre le coronavirus, a aussitôt douché ces espoirs. Alors qu’il prenait la parole aux côtés de Donald Trump vendredi, le scientifique a qualifié d’«anecdotiques» les résultats de la chloroquine face au coronavirus.

Cette dissonance entre le président et son principal expert a incité un journaliste de la chaîne NBC à demander à Donald Trump ce qu’il avait à dire aux Américains qui ont peur du coronavirus. «Que vous êtes un journaliste affreux», a répondu Donald Trump. «Faites du journalisme plutôt que du sensationnalisme. Voyons ce qui marche. J’ai un bon feeling. Qui sait? J’ai souvent eu raison.»

Sur le terrain, le coronavirus aggrave chaque jour la situation dramatique pour les plus démunis comme Jimmy, un quinquagénaire atteint d’une sclérose en plaques et vivant seul dans le dénuement le plus total. L’homme, rencontré jeudi dans le New Jersey, doit conjuguer avec un frigo vide et son impossibilité de sortir à cause du risque élevé de contamination. Il survit à la crise grâce à la solidarité de ses amis et des voisins qui lui amènent à manger.

Créé: 20.03.2020, 22h37

Articles en relation

La distribution de vivres aux plus démunis se complique

Coronavirus Certaines associations sont au point mort, d'autres s'en tirent mieux. Exemples entre Lausanne et le Chablais. Plus...

Le coronavirus frappe durement les plus démunis

États-Unis Les familles sans assurance maladie et tributaires de l’école pour nourrir et soigner leurs enfants vivent un calvaire. Reportage. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.