Passer au contenu principal

Des gardiens de l’ordre dans la jungle des masques

Les acheteurs ont des inquiétudes sur la qualité et critiquent les prix. Les pharmaciens et la FRC font pression.

Christophe Berger, président de la Société vaudoise de pharmacie.
Christophe Berger, président de la Société vaudoise de pharmacie.
FLORIAN CELLA

Le marché du masque s’est détendu depuis que la pharmacie de l’armée a 35 millions d’unités de type chirurgical, revendues notamment par Coop, Migros et Fenaco (Landi) à partir du 27 avril. Et aussi par les pharmacies. «Elles ont reçu 1,5 million de masques. Par rapport aux besoins, ce volume n’est pas très grand. Les emballages partent assez vite. Il faut éviter une surconsommation: ça ne sert à rien de mettre un masque pour promener son chien», relève Christophe Berger, président de la Société vaudoise de pharmacie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.