Passer au contenu principal

CinémasLe groupe Pathé réfléchit à l’après-pandémie

La réouverture des salles n’est pas fixée. Interview avec son directeur général.

Même si rien n’est sûr, les multiplexes pourraient rouvrir dès le 8 juin.
Même si rien n’est sûr, les multiplexes pourraient rouvrir dès le 8 juin.
MAGALI GIRARDIN

Dans le domaine culturel, le septième art reste un des secteurs les plus particulièrement touchés par la pandémie. Toute la branche est paralysée et tous les cinémas de Suisse sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Leur réouverture pourrait également être perturbée, laissant toute latence aux différentes formes de streaming de s’épanouir, même s’il s’agit là d’un autre sujet.

Les questions liées au calendrier des sorties, aux pertes financières qui vont découler de cette fermeture forcée, puis de la cohabitation de toutes les sortes de films, des puissants blockbusters aux petites productions d’auteur, et des aménagements qu’il va s’agir de faire dans les espaces de projection, et finalement du retour à la norme, ne cessent de se poser sans que des réponses précises ne puissent être formulées.

Les multiplexes, qui restent les endroits où se concentrent le plus de salles et le plus de films, détermineront sans doute en partie le mouvement que prendront les autres cinémas. Pure spéculation, comme à peu près tout.

Pour en savoir plus, nous avons sollicité Venanzio di Baco, le CEO (directeur général) de Pathé Suisse SA, qui a aimablement répondu à nos différentes questions par retour de mail.

Quelles sont les dates possibles de réouverture des salles en Suisse? Différeront-elles d’un canton à l’autre?

Les cinémas auront la possibilité de rouvrir au plus tôt à partir du 8 juin 2020, sous réserve de l’accord de la Confédération, qui se prononcera fin mai en fonction de l’état de l’épidémie en Suisse à ce moment-là. À ce jour, il n’y a pas de consigne différente selon les cantons mais, nous l’avons vu au début de la pandémie, la situation peut changer à tout moment.

La réouverture des autres salles dépend de celle des multiplexes, dit-on. Savez-vous pourquoi?

Nous n’avons pas connaissance de cette information.

Le retard pris dans le doublage de gros films américains peut-il être un autre frein à leur sortie et la différer?

Oui, bien sûr, mais pas uniquement. Certains films ont une date de sortie mondiale, aussi celle-ci dépendra également de l’état sanitaire d’autres pays, principalement les États-Unis pour les blockbusters, ainsi que du marché asiatique.

Comment se fait actuellement le contrôle technique, notamment sur le site de Lausanne?

Toutes les installations sont mises à l’arrêt et sont contrôlées une fois par semaine par nos techniciens, afin de nous assurer de leur bon fonctionnement.

Qui travaille encore et quel est actuellement le taux de chômage partiel?

Les collaborateurs travaillant sur le terrain sont entièrement au chômage partiel. Ils reprendront peu avant l’ouverture pour préparer nos cinémas. Le management du cinéma ainsi que l’administration sont aussi au chômage partiel, mais travaillent néanmoins pour la plupart à un taux réduit – entre 20 et 50%.

En termes de chiffre d’affaires, à quelle hauteur se monte la perte en ce moment?

Pathé ne communique pas sur son chiffre d’affaires de manière générale.

Allez-vous bénéficier d’aides?

Nous avons pu bénéficier des indemnités RHT, de prêts garantis par la Confédération et avons reçu le soutien d’une grande partie de nos fournisseurs et prestataires. Concernant les loyers, qui représentent des charges très importantes pour les cinémas, nous sommes encore en discussion avec les propriétaires pour trouver des solutions.

Cette crise pourrait-elle entraîner la fermeture de certaines salles ou certains multiplexes?

Il est trop tôt pour le dire. Les salles dont la situation financière était saine avant la crise pourront très certainement se relever. Cela dépendra aussi de l’évolution de l’épidémie dans les mois à venir.

Avez-vous déjà une stratégie pour faire revenir le public dans les salles lorsque ce sera enfin possible?

Nous sommes en discussion avec nos collègues exploitants, ainsi qu’avec nos partenaires distributeurs, pour dynamiser le secteur à sa réouverture, ce que nous faisions déjà avec la Fête du cinéma, par exemple. Mais si les films sont là et que toutes les mesures de sécurité prises rassurent le public, celui-ci sera au rendez-vous, nous en sommes convaincus.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.