Passer au contenu principal

Une première lueur d’espoir sur le front du coronavirus

Le nombre de nouvelles infections reste considérable en Suisse, mais l’augmentation n’est plus exponentielle. Selon la Confédération, il est toutefois trop tôt pour faire un pronostic fiable.

Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale à l’Université de Genève.
Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale à l’Université de Genève.
Steeve Iuncker-Gomez

Va-t-on passer de l’enfer au purgatoire? Certes, la Suisse a l’une des incidences de la maladie Covid-19 les plus élevées en Europe; l’épidémie poursuit sa progression et Daniel Koch, de l’Office fédéral de la santé publique, a souligné ce jeudi face à la presse que le pic n’est pas atteint. Soufflant le chaud et le froid, l’expert note néanmoins que si la hausse de nouveaux cas est considérable, elle n’est plus aussi importante qu’il y a quelques semaines.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.