Passer au contenu principal

Un renfort essentiel aux soins intensifs du CHUV

Anaïs Cajander a été affectée aux soins intensifs du CHUV fin mars. L’infirmière en cardiologie raconte cette nouvelle vie provisoire.

En arrivant dans l'unité 1 à 6h45, Anaïs Cajander découvre dans quel 'team' elle sera intégrée. Le tournus de personnel a obligé le CHUV à imaginer un système de badge autocollant qui indique profession, grade et prénom.
En arrivant dans l'unité 1 à 6h45, Anaïs Cajander découvre dans quel 'team' elle sera intégrée. Le tournus de personnel a obligé le CHUV à imaginer un système de badge autocollant qui indique profession, grade et prénom.
Olivier Vogelsang
A 7h, l'infirmière de nuit transmet les informations à celle de jour. Pendant ce qui devait durer une dizaine de minutes, les deux professionnelles seront appelées deux fois au chevet du malade, trop instable.
A 7h, l'infirmière de nuit transmet les informations à celle de jour. Pendant ce qui devait durer une dizaine de minutes, les deux professionnelles seront appelées deux fois au chevet du malade, trop instable.
Olivier Vogelsang
Lorsqu'on demande à Anaïs Cajander si elle a l'impression de vivre un moment historique, en tant qu'infirmière déplacée aux soins intensifs, elle répond: «Pas davantage que chacun d'entre nous, je crois.»
Lorsqu'on demande à Anaïs Cajander si elle a l'impression de vivre un moment historique, en tant qu'infirmière déplacée aux soins intensifs, elle répond: «Pas davantage que chacun d'entre nous, je crois.»
Olivier Vogelsang
1 / 8

«Est-ce que j’ai l’impression de vivre un moment historique? Pas davantage que chacun d’entre nous, je crois», dit d’entrée Anaïs Cajander. Pourtant, l’infirmière en soins continus de chirurgie cardiaque travaille depuis le 20 mars aux soins intensifs, à la suite de l’arrêt provisoire des activités électives au CHUV. L’habitante de Forel (Lavaux) fait partie des 450 collaborateurs, dont 12 infirmiers de sa spécialité, à avoir été libérés pour renforcer le secteur qui en a le plus besoin et répondre à l’urgence du Covid-19 (lire encadré).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.