Passer au contenu principal

SuissePour s’attabler au bistrot, il faudra donner son nom

Le concept de protection permettant aux cafés-restaurants de rouvrir dès le 11 mai fait réagir.

Philippe, cuisinier du Restaurant le Bateau-Lavoir à Genève réaménage ces tables afin de répondre aux normes sanitaires.
Philippe, cuisinier du Restaurant le Bateau-Lavoir à Genève réaménage ces tables afin de répondre aux normes sanitaires.
Keystone

Vous vous réjouissez de retrouver votre café ou restaurant favori dès lundi? Les conditions imposées aux établissements publics freineront peut-être vos envies de convivialité. Il faudra obligatoirement consommer assis, à quatre au maximum, et indiquer ses coordonnées au tenancier. Il devra les conserver après votre départ, traçage du virus oblige, pendant deux semaines.

Ce dernier point fait partie intégrante du concept de protection relatif au Covid-19 élaboré par la branche de l’hôtellerie-restauration pour répondre aux prescriptions du Conseil fédéral. Il est valable pour tous les cafés, restaurants, bars ou hôtels offrant des places assises. Le gouvernement en prendra connaissance ce vendredi, a annoncé mardi la faîtière GastroSuisse.

«J’espère que les gens comprendront»

Ce document de sept pages prévoit une seule exception au nombre maximal de quatre personnes par table: les familles avec enfants. Mais tout client consommant sur place devra laisser ses coordonnées (prénom, nom et numéro de téléphone), l’établissement devant saisir la date, l’heure et le numéro de table de chacun. Ces données seront conservées durant quatorze jours et devront ensuite être intégralement détruites. En seront exemptées la restauration scolaire et celle d’entreprises non publiques.

----------

Lire aussi:Quelles seront les règles à respecter dans les restaurants?

----------

«Je n’en suis pas ravi, mais au moins nous allons pouvoir rouvrir, retrouver nos collaborateurs et nos clients!» réagit Laurent Terlinchamp, président des cafetiers-restaurateurs genevois. Après huit semaines de fermeture forcée, il espère «que les gens comprendront la nécessité de ces mesures». N’est-ce pas trop intrusif? «Allez savoir, peut-être que les parlementaires trouveront que ça va trop loin. Qu’ils se demanderont pourquoi imposer cela aux clients des restaurants alors qu’on ne demande rien aux voyageurs qui font Genève-Zurich en train. Mais je me dis que nous vivons tous une période extraordinaire et qu’il faut s’y adapter.»

Le Genevois estime que les cafetiers-restaurateurs ne sont pas trop à plaindre. «Les exploitants de cinéma ou des organisateurs de manifestations culturelles rêveraient de pouvoir eux aussi redémarrer leurs activités, même avec des conditions strictes.» Reste que tous les cafés-restaurants, en particulier les plus petits, ne rouvriront pas leurs portes dès le 11 mai. «Quand vous en êtes réduits à n’avoir que huit couverts disponibles, vous oubliez», illustre Laurent Terlinchamp.

----------

Lire aussi: Qu'est-ce que le Proximity Tracing et pourquoi est-ce si important?

----------

Le concept de protection comprend en effet une distance de 2mètres d’une table à l’autre, sauf si une paroi est installée entre elles. Chaque établissement devra s’assurer que les groupes de convives ne se mélangent pas. Et bien sûr les clients devront pouvoir se nettoyer les mains à l’eau et au savon ou avec un désinfectant au moment d’entrer.

Durant le service, la distance minimale de 2 mètres est vivement recommandée pour le personnel. Si ce n’est pas possible, le port d’un masque d’hygiène ou d’une visière de protection est vivement recommandé pour les employés, mais il n’est pas obligatoire.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.