Passer au contenu principal

Un Vaudois bloqué au Maroc avec des centaines de camping-cars

Refoulé par le coronavirus, un voyageur attend depuis deux jours à la frontière le droit de traverser vers l'Espagne.

Depuis deux jours, le nombre de camping-cars en attente a gonflé à 800, voir mille véhicules.

«Je vais mourir de la bêtise humaine», soupire Pierre-Alain Scheuer. Cela fait quarante-huit heures que ce Vaudois de 71 ans, domicilié à Bursins, attend dans sa voiture. Où? Du côté marocain, dans la cité autonome espagnole de Ceuta, presqu'île qui fait face au rocher de Gibraltar. Devant lui, une centaine de camping-cars de touristes désespérés, à 80% des Français, qui attendent de pouvoir embarquer sur un bateau qui les ramènerait sur le continent européen. La frontière espagnole étant fermée à cause de la pandémie du coronavirus, des centaines de véhicules s'entassent depuis dimanche dans deux colonnes interminables.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.