Passer au contenu principal

Des cours à l'Uni sur la gestion de commune?

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet suggère l'idée de cours universitaires. Objectif: palier au manque de politiciens dans les communes en sensibilisant des jeunes.

Pierre Maudet lance une piste pour inciter les jeunes à s'engager pour leur commune.
Pierre Maudet lance une piste pour inciter les jeunes à s'engager pour leur commune.
Keystone

On le sait: toujours plus de communes ont de la difficulté à trouver des candidats pour siéger dans leurs exécutifs. Près d'une sur deux, selon le Blickmercredi qui consacre une série à ce problème cette semaine. En cause: la difficulté à trouver des jeunes pour renouveler les effectifs. Selon un sondage réalisé par une haute école spécialisée de Coire, 70% des communes peinent à recruter des moins de 35 ans.

Pourquoi ce désintérêt de la part des jeunes? Selon l'étude, les jeunes ne font pas confiance dans l'appareil politique et 44% n'ont aucune idée de comment il fonctionne. En outre, 22% ont affirmé avoir trop peu de connaissances pour occuper de tels postes et deux tiers des sondés se sont montrés incapables de répondre à des questions de base sur les tâches quotidiennes d'un conseil communal.

Réactions dans le monde politique

Du coup, le monde politique commence à s'en inquiéter et plusieurs politiciens ont concocté des interventions ou initiatives pour s'attaquer au problème. A l'image de Pierre Maudet, le conseiller d'Etat genevois en charge de l'économie et également chroniqueur pour le Blick. Celui-ci propose en effet un cours universitaire pour les futurs politiciens. Les étudiants pourraient ainsi apprendre les bases de la gestion d'un conseil communal.« Notre système de milice est sous pression. Nous aurons besoin à l'avenir de gens qui s'engagent en politique», dit-il.

La conseillère nationale socialiste Nadine Masshardt a elle aussi son idée. Des études internationales ont montré il y a des années déjà que la majorité des jeunes en Suisse étaient mal éduqués sur le plan politique, relève-t-elle.« Mais rien ne s'est passé. Et maintenant nous en payons le prix», critique-t-elle. Du coup, elle lance une initiative parlementaire pour que Berne apporte un soutien financier en vue de l'enseignement politique dans les écoles professionnelles. «Si les apprentis comprennent les interrelations politiques, ils voteront toujours plus et accepteront de plus en plus de prendre des responsablilités dans une commune», espère-t-elle.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.