«On court le risque que PLR et UDC conservent leur majorité»

Le chef des socialistes au parlement, le Vaudois Roger Nordmann, publie un document sous forme d’avertissement.

Dans la perspective des Fédérales, le socialiste vaudois Roger Nordmann lance une mise en garde aux électeurs.

Dans la perspective des Fédérales, le socialiste vaudois Roger Nordmann lance une mise en garde aux électeurs. Image: Anthony Anex/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le prochain parlement fédéral ne sera pas forcément plus social, plus écolo et plus féministe, avertissez-vous. Pourquoi?
La situation au Conseil des États est incertaine et vu la faiblesse du PDC et l’insuccès de ses nouvelles méthodes de communication, on court le risque qu’à la fin l’UDC et le PLR maintiennent leur majorité au Conseil national. Le point central, c’est l’équilibre du parlement. Il faut absolument éviter qu’un mouvement populiste demeure le plus grand groupe de l’Assemblée fédérale. Et le seul parti qui a le potentiel de contrebalancer la force du groupe UDC – 74 sièges aujourd’hui – est le Parti socialiste, avec ses 54 sièges.

Au fond, vous craignez le manque de mobilisation des vôtres. Les derniers sondages qui donnent le PS à la peine en Suisse romande vous paniquent-ils à ce point?
Notre dernier résultat concret en Suisse romande, c’est l’élection brillante de Rebecca Ruiz au Conseil d’État vaudois. En Valais, nous sommes restés stables au Grand Conseil, tandis que les Verts ont progressé. Je ne suis pas certain que ces sondages soient justes, mais dans tous les cas, il faut se battre pour avoir une majorité plus progressiste et stopper les projets du bloc UDC-PLR. Ce qui me dérange fortement dans cette campagne, c’est que tout le monde bavarde sur la forme et qu’on oublie la substance politique. Au PS, nos priorités sont claires: plan Marshall pour le climat, plafonnement des primes d’assurance maladie, égalité femmes-hommes et formation. Mais je voulais aussi montrer ce que nous voulons épargner à la Suisse. La droite fait une campagne d’enfumage. Elle ne veut pas dévoiler ses plans pour la prochaine législature. Pourtant, elle a un agenda très précis.

Cette idée que l’UDC et le PLR formeraient un bloc compact, dicterait l’agenda et aurait un projet commun, c’est un narratif de campagne…
Au contraire. Les projets que je décris dans mon texte d’avertissement sont tous déjà sur les rails au parlement. La privatisation de la santé est prête à l’emploi. En bref, le PLR et l’UDC souhaitent que tous les hôpitaux, privés comme publics, puissent facturer aux assurances sans limites. Les cantons ne pourront plus contrôler le nombre de lits hospitaliers, ce qui fera exploser les primes, tandis que les assurances maladie pourront choisir les médecins avec lesquels elles travaillent. Le débat commence mercredi, il se poursuivra après les élections. La politique climatique risque d’être éviscérée. Je crois la présidente du PLR, Petra Gössi, sincère dans son virage vert, mais la plupart des membres du parti restent englués dans les lobbies. La preuve: ils ont refusé durant cette session de relever les dispositions laxistes de la Suisse sur les émissions de CO2 des voitures. La droite veut abolir le droit de timbre qui rapporte 2,2 milliards chaque année. La discussion sur l’affaiblissement des mesures d’accompagnement est dans le pipeline comme la hausse de l’âge de la retraite. Ces aventuriers de l’antisocial tenteront le coup des 67 ans, c’est évident.

Mais il reste le référendum. Les grands projets de la législature (AVS et RIE III) construits sans l’appui d’au moins trois partis ont été sanctionnés par le peuple…
C’est la particularité de la législature qui s’achève. Pour la première fois, deux partis ont eu un monopole et ça les a dispensés de négocier. Mais en 2015, ils n’y étaient pas encore préparés. S’ils reconduisent leur majorité, leur projet est prêt. Face aux risques qu’une nouvelle législature dominée par la droite dure fait courir à la Suisse, je plaide pour le vote utile! Et dans le contexte actuel, il ne faut pas se tromper, seul le PS fait le poids.

Créé: 22.09.2019, 15h58

Articles en relation

Malgré la tempête, le PDC Suisse persiste et signe

Élections fédérales Le président Gerhard Pfister ne regrette rien, si ce n’est de ne pas avoir prévenu les sections cantonales que ça pouvait secouer. Plus...

Quel sera le visage du parlement après les élections fédérales?

Le Matin Dimanche Le 20 octobre, les Suisses éliront celles et ceux qui feront la politique ces quatre prochaines années. Tour d’horizon des enjeux. Plus...

La campagne controversée du PDC fait un bad buzz

Élections fédérales Les démocrates-chrétiens suscitent la controverse avec une campagne qui critique les autres partis. La formation persiste et signe. Plus...

Le PLR veut la seconde place du podium fédéral

Elections fédérales Le parti de l’économie a la ferme intention de supplanter le PS cet automne. Mais plusieurs défis l’attendent. Plus...

Avoir un nom étranger pénalise les candidats aux élections fédérales

Etude Une analyse des votes de 2015 montre que les noms de famille étrangers sont plus souvent biffés. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.