«Je ne crains pas un vote national sur les JO»

Jeux olympiquesNouvelle épine dans le pied de Sion 2026. Le peuple suisse pourrait se prononcer. Les porteurs du projet restent sereins.

Jürg Stahl, conseiller national (UDC/ZH) et président de Swiss Olympic est le nouvel homme fort de Sion 2026.

Jürg Stahl, conseiller national (UDC/ZH) et président de Swiss Olympic est le nouvel homme fort de Sion 2026.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les choses se corsent pour la candidature de Sion pour les Jeux olympiques d’hiver de 2026. Après une motion de Silva Semadeni (PS/GR), voici qu’une initiative parlementaire exige à son tour un vote au niveau national. Lancé par Lisa Mazzone (Verts/GE), le texte a été paraphé par des élus de gauche et de l’UDC, explique le Matin. De quoi faire une majorité sous la Coupole. Le président de Sion 2026, Jürg Stahl ne voit toutefois pas de raison de paniquer. Interview.

Êtes-vous surpris par cette double attaque contre les JO?

Pas du tout. Ce que je regrette, c’est que nos opposants refusent l’idée même de Jeux olympiques, sans regarder concrètement ce que nous proposons. Lors des deux derniers votes aux Grisons, les adversaires d’une candidature de la Suisse exigeaient des projets plus petits et plus durables. C’est exactement les atouts de Sion 2026. Les infrastructures sont là, il n’y a pas de risque de gouffre financier. Il s’agit d’un projet qui respecte l’agenda 2020 du Comité international olympique

Craignez-vous un vote du peuple suisse?

Non, pas du tout. Ce qui me gène, c’est qu’on change les règles du jeu en cours de partie. Pourquoi devrait-on voter sur des Jeux olympiques, alors qu’on n’a pas voté sur l’exposition nationale par exemple? Personne n’accepterait qu’à la mi-temps d’un match de football, on décide de retirer la règle du hors-jeu. C’est ce que certains essaient de faire ici. Des votes sont prévus en Valais et dans l’Oberland, ainsi qu’aux Chambres fédérales. On respecte le processus démocratique.

Un vote national permettrait de montrer que tout le peuple est derrière votre projet…

Les élus du Parlement sont bien des représentants du peuple. Le Conseil fédéral a lui aussi donné son accord, et il ne l’a pas fait juste parce qu’il voulait être gentil avec nous. Je ne vois pas la raison de créer un précédent.

Le Conseil fédéral est prêt à investir un milliard et la sécurité sera du ressort de tous les cantons. Ce pourrait être cela les raisons.

Bien sûr, mais lorsqu’il a été question du milliard de cohésion aux pays de l’Est de l’Europe, l’UDC a exigé la possibilité d’un référendum financier, or la gauche l’a refusé. On vient de boucler ce jeudi le budget 2018, on va faire des coupes et dégager des crédits, mais on ne demande pas au peuple de se prononcer à chaque fois. Quant aux forces de police, j’ai conscience de leur travail et de leur investissement. Mais il y a régulièrement des manifestations qui exigent la mise en place de plusieurs mesures spéciales. Cela aussi a un coût pour la collectivité.

L’UDC, votre parti, détient les clefs du scrutin. Est-ce un avantage ou un inconvénient?

Ni l’un ni l’autre. Le sport dépasse les convictions politiques, et je compte sur les qualités de notre projet pour convaincre. Ceux qui auront le courage de lire ce que nous proposons et de s’informer seront séduits. On peut trouver une majorité.

Après les retraits de Rochat et Constantin, voici venu le défi d’un vote national. N’avez-vous pas envie de jeter l’éponge?

Toute cette agitation montre surtout que ce sujet suscite des émotions, et cela, c’est positif. Pour moi, le sport et la passion vont ensemble. Cette candidature n’est pas celle de l’une ou l’autre personne, c’est un travail d’équipe, un projet d’envergure nationale. Et si j’y crois, c’est que notre dossier est bon. Très bon. (24 heures)

Créé: 14.12.2017, 13h58

Articles en relation

«Je crois à Sion 2026 et je suis prêt à m’engager»

Jeux olympiques Ancien premier citoyen du pays et président de Swiss Olympic, Jürg Stahl (UDC/ZH) reprend les rênes de la candidature de la Suisse. Plus...

Le boss de Sion 2026 jette l'éponge

Candidature Jean-Philippe Rochat abandonne la présidence du comité de candidature des Jeux d'hiver 2026. Le président de Swiss Olympic Jürg Stahl lui succède. Plus...

La présidence du boss de Sion 2026 ne tient plus qu’à un fil

Candidature La Confédération pourrait revoir la structure du comité de Sion 2026 présidé par Jean-Philippe Rochat, en pleine tourmente. Plus...

Malmené, le patron de Sion 2026 fait le dos rond

Débat Président de la candidature Sion 2026, Jean-Philippe Rochat était l’invité d’un forum, jeudi à Payerne. Plus...

Le patron de Sion 2026 en position délicate

Jeux olympiques Éclaboussé par les Panama Papers, l’avocat lausannois Jean-Philippe Rochat peut-il rester en poste? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...