Passer au contenu principal

EpidémiesCrises sanitaires: Micheline Calmy-Rey nommée par l'ONU

L'ex-présidente fait désormais partie d'un groupe onusien dont le but est d'établir des recommandations pour mieux gérer les crises sanitaires.

L'ex-présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey fait partie du groupe nouvellement formé.
L'ex-présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey fait partie du groupe nouvellement formé.
Archives, Keystone

L'ONU a nommé un groupe de haut niveau pour faire des recommandations sur la riposte mondiale aux crises sanitaires en tirant les leçons de l'épidémie d'Ebola. L'ex-présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey en fait partie, a-t-on appris ce mardi 14 avril.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a annoncé le 2 avril à New York la nomination de ce groupe. Il sera présidé par le président de la Tanzanie, Jakaya Mrisho Kikwete.

Outre Micheline Calmy-Rey, les autres membres du groupe sont Celso Luiz Nunes Amorim, ancien ministre des affaires étrangères du Brésil; Marty Natalegawa, ex-ministre des affaires étrangères de l'Indonésie; Joy Phumaphi, du Botswana, secrétaire exécutive de l'Alliance des dirigeants africains contre le paludisme ainsi que l'Américain Rajiv Shah, qui a été administrateur de l'Agence américaine pour le développement international (USAID).

Le secrétaire général de l'ONU a demandé à ce groupe de formuler des recommandations pour renforcer les systèmes nationaux et internationaux. Il s'agit de prévenir et de gérer de futures crises sanitaires, en tenant compte des leçons tirées de la réponse à l'épidémie d'Ebola, selon un communiqué des Nations unies.

Première réunion en mai

Le groupe procédera à un large éventail de consultations, y compris avec les représentants des pays touchés, le système des Nations unies, les institutions financières multilatérales et bilatérales et les banques régionales de développement. Il prendra contact aussi avec les ONG, les pays donateurs, d'autres Etats, les fournisseurs de soins de santé, des institutions universitaires et de recherche, le secteur privé, et d'autres experts.

Le groupe recevra l'appui d'un groupe d'experts qui sera chargé de fournir des conseils notamment sur les questions techniques, selon l'ONU. Il doit tenir sa première réunion début mai et devrait présenter son rapport final au secrétaire général de l'ONU à la fin de l'année.

Ban Ki-moon fera ensuite un rapport à l'Assemblée générale de l'ONU. Il prendra de nouvelles mesures si elles sont jugées appropriées. Selon le dernier bilan de l'OMS, Ebola a infecté 25'591 personnes depuis un an en Afrique de l'Ouest, dont 10'604 sont décédées.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.