«Je crois à Sion 2026 et je suis prêt à m’engager»

Jeux olympiquesAncien premier citoyen du pays et président de Swiss Olympic, Jürg Stahl (UDC/ZH) reprend les rênes de la candidature de la Suisse.

Jürg Stahl est le nouveau président du comité de candidature de Sion 2026.

Jürg Stahl est le nouveau président du comité de candidature de Sion 2026.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sion 2026 tient son nouvel homme fort. Après le retrait de Jean-Philippe Rochat, c’est sur les épaules de Jürg Stahl que repose la candidature olympique de la Suisse. L’UDC zurichois n’est autre que l’actuel président de Swiss Olympic. Il peut aussi compter sur la notoriété acquise l’an dernier lorsqu’il était président du Conseil national. Interview.

Avez-vous hésité avant de reprendre la présidence de Sion 2026?

Ce n’est pas le genre de décision qui se prend du jour au lendemain. J’ai longtemps pesé le pour et le contre. J’ai notamment décidé de quitter tous mes liens avec mon employeur actuel, le Groupe Mutuel, avec lequel je collaborais depuis près de 15 ans. Ce n’était pas facile. Mais ce projet est tellement bon qu’il vaut la peine qu’on s’y engage. Si je suis prêt à prendre cette responsabilité, c’est aussi parce qu’il y a un vrai enthousiasme de la part de Swiss Olympic. Je sais que ce sera difficile. J’accepte cette mission avec du respect, mais surtout beaucoup de passion.


A lire: Le boss de Sion 2026 jette l'éponge


Le projet est mal parti. Qu’est-ce qui vous motive tant à relever ce défi?

Les Jeux olympiques sont une chance pour notre pays, et notamment pour les régions concernées, avec des perspectives de développements touristique et économique. Mais il y a encore un autre aspect bien plus personnel. Celui qui touche aux émotions. J’ai vécu dans ma jeunesse les victoires de Bernhard Russi. Une médaille olympique, cela procure une joie énorme à toute une partie de la population. Organiser un tel événement en Suisse, c’est apporter ces émotions à une nouvelle génération.

Adolf Ogi a réussi à porter et à incarner le dossier de Sion 2006. Pensez-vous être à la hauteur?

Adolf Ogi est une personne qui me motive par son enthousiasme, mais je ne vais pas chercher à le copier. Je n’ai pas sa personnalité, et je ne veux pas le remplacer. Je vois d’abord ma fonction comme celle d’un membre d’une équipe qui porte Sion 2026. Et c’est un bon projet, pas une usine à gaz comme certains le critiquent. En tant que président de Swiss Olympic, je me sens légitime dans cette fonction. Je pense aussi avoir fait une bonne année de présidence du Conseil national, ce qui m’a permis de me faire connaître dans toute la Suisse.

Votre nomination est-elle aussi tactique? On sait que votre parti, l’UDC, n’est pas très favorable à ces Jeux…

Ce n’est pas l’idée. Chacun est libre de se positionner comme il l’entend. Pour ma part, je regrette que l’UDC se soit prononcée si vite sur Sion 2026, sans vraiment juger du contenu du projet sur la table. Selon moi, la couleur partisane jouera un rôle secondaire dans ce dossier. Le rêve olympique dépend de valeurs personnelles qui n’ont rien à voir avec la vision des partis. Mais le premier écueil ne sera pas de convaincre au parlement, mais de l’emporter dans les urnes en Valais et dans l’Oberland bernois. (24 heures)

Créé: 06.12.2017, 17h02

Articles en relation

La présidence du boss de Sion 2026 ne tient plus qu’à un fil

Candidature La Confédération pourrait revoir la structure du comité de Sion 2026 présidé par Jean-Philippe Rochat, en pleine tourmente. Plus...

Malmené, le patron de Sion 2026 fait le dos rond

Débat Président de la candidature Sion 2026, Jean-Philippe Rochat était l’invité d’un forum, jeudi à Payerne. Plus...

Le patron de Sion 2026 en position délicate

Jeux olympiques Éclaboussé par les Panama Papers, l’avocat lausannois Jean-Philippe Rochat peut-il rester en poste? Plus...

L’étrange manège de l’UDC face aux JO

Finances En s’opposant à Sion 2026, le comité du parti se met en porte-à-faux avec plusieurs de ses membres influents. Plus...

JO 2026: la délicate question de la sécurité va faire débat

Olympisme Les coûts de la sécurité dans l'espace public devraient atteindre les 303 millions de francs, selon le Conseil fédéral. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...