Passer au contenu principal

Débat sur la présence de pesticides dans les tampons

Faute de base légale, Berne refuse d'obliger les fabricants de serviettes ou tampons à indiquer les contaminants dans leurs produits.

L'herbicide décelé par l'Université La Plata est le glyphosate, commercialisé par Monsanto sous le nom de Roundup.
L'herbicide décelé par l'Université La Plata est le glyphosate, commercialisé par Monsanto sous le nom de Roundup.
Keystone

La présence d'herbicide et de dioxine dans certains tampons et serviettes hygiéniques a alerté de nombreuses femmes. Relayant une pétition française, une motion socialiste veut obliger les fabricants à indiquer les contaminants dans leurs produits et étudier leur toxicité.

Pour Valérie Piller Carrard (PS/NE) et la quinzaine de conseillers nationaux de divers partis ayant cosigné son texte, c'est une question de santé publique importante. Il serait irresponsable d'attendre la preuve que ces résidus présentent un risque sanitaire pour effectuer des contrôles sur les produits d'hygiène vendus en Suisse.

Pas de principe de précaution

Le Conseil fédéral ne partage pas son avis. Dans sa réponse publiée jeudi, il estime que le principe de précaution ne peut s'appliquer pour deux raisons. Non seulement il manque les bases légales nécessaires dans la loi sur les denrées alimentaires, mais il faut encore qu'une évaluation scientifique et objective du produit ou de la substance révèle de possibles effets nocifs sur la santé.

Or les études effectuées sur la présence de résidus de substances toxiques dans certains articles d'hygiène féminine montrent des concentrations extrêmement faibles ne présentant pas de risque pour la santé. Une modification des exigences légales d'étiquetage nécessiterait une modification du droit alimentaire ne se justifiant que si elle est nécessaire pour protéger la santé des consommatrices.

Etude argentine

Environ 85% des tampons et des serviettes hygiéniques contiennent des résidus d'herbicide, a révélé il y a quelques mois une étude universitaire argentine. L'herbicide décelé par l'Université La Plata est le glyphosate, commercialisé par Monsanto sous le nom de Roundup.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.