Début du procès de l'ex-informaticien de Sarasin

Affaire HildebrandLe principal accusé, ancien informaticien de la banque Sarasin impliqué dans l'affaire Hildebrand, n'était pas présent au procès mercredi à Zurich. Il est dispensé pour des raisons de santé.

L'avocat thurgovien et élu UDC Hermann Lei est également poursuivi dans l'affaire Hildebrand.

L'avocat thurgovien et élu UDC Hermann Lei est également poursuivi dans l'affaire Hildebrand. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le procès de l'ancien informaticien de la banque Sarasin impliqué dans l'affaire Hildebrand s'est déroulé mercredi à Zurich. Il est accusé d'avoir copié les données bancaires de l'ex-président de la BNS Philipp Hildebrand. Le jugement est attendu le 13 avril.

L'avocat et politicien UDC Hermann Lei, député au parlement thurgovien, a comparu lui aussi devant le tribunal de district de Zurich. Il est accusé de complicité de violation du secret bancaire pour avoir transmis à Christoph Blocher, alors conseiller national, les données volées par l'ancien informaticien, un ami d'école. Les révélations ont finalement coûté son poste au président de la Banque nationale suisse (BNS).

Le Ministère public zurichois requiert 12 mois de prison avec sursis contre l'ancien informaticien pour violation du secret bancaire. Le procureur demande une peine pécuniaire avec sursis de 150 jours-amendes contre Hermann Lei. L'ancien informaticien n'était pas présent au procès. Il est dispensé pour des raisons de santé.

Accusations rejetées

Durant l'audience, les deux avocats ont rejeté les accusations de violation du secret bancaire. Chacun des prévenus estime que c'est l'autre qui a joué un rôle moteur dans toute l'affaire.

L'avocat de l'ancien informaticien a déclaré que son client avait pris contact avec Hermann Lei pour lui demander conseil. Il voulait savoir ce qu'il devait faire ou ne pas faire après avoir découvert plusieurs opérations de change sur le compte privé de Philipp Hildebrand.

C'est Hermann Lei qui a fait pression sur l'informaticien pour qu'il prenne contact avec des politiciens ou qu'il s'adresse aux médias, a encore argumenté l'avocat.

Acquittement demandé

Dans l'après-midi, l'avocat de Hermann Lei a plaidé l'acquittement de son client. L'élu thurgovien a déclaré que c'est l'informaticien qui l'a contacté. Il a encore souligné que l'informaticien semblait obsédé par l'idée de transmettre les données du compte privé de Philipp Hildebrand à la presse.

Il n'y a pas d'autre procédure dans l'affaire. Philipp Hildebrand a démissionné et le Ministère public n'a pas ouvert d'enquête contre lui. Les procédures pour violation du secret bancaire contre Christoph Blocher et d'autres politiciens ont été classées. (ats/nxp)

Créé: 30.03.2016, 18h41

Articles en relation

Blocher a-t-il piloté la chute d'Hildebrand?

Suisse L'ancien Conseiller fédéral était en contact étroit tout au long de l'affaire avec Roger Köppel, le rédacteur en chef de la Weltwoche. Plus...

Affaire Hildebrand: la procédure contre l'élu est classée

Zurich Le Ministère public du canton de Zurich a classé la procédure pénale ouverte contre le député zurichois Claudio Schmid (UDC) dans le cadre de l'affaire Hildebrand. Plus...

La procédure pénale contre l'ex-président de la BNS classée

Justice Philipp Hildebrand était soupçonné de violation du secret professionnel et de la confidentialité mais le parquet n'a pas pu établir les faits. C'est une deuxième victoire judiciaire pour l'ex-président. Plus...

Blocher gagne une manche dans l'affaire Hildebrand

Tribunal fédéral Poursuivi par la justice zurichoise pour violation du secret bancaire dans le cadre de l'affaire Hildebrand, le vice-président de l'UDC et ancien conseiller fédéral Christoph Blocher gagne une manche importante. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.