Les délégués UDC stigmatisent la gauche

SuisseLe premier parti du pays tient son assemblée samedi à Orbe. La bataille pour les élections fédérales a démarré.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'UDC entre en bataille en vue des élections fédérales du 20 octobre. Avec un adversaire tout trouvé, la gauche, qui a été attaquée sur tous les fronts samedi lors de l'assemblée des délégués à Orbe (VD).

Déjà virulents mardi dernier devant la presse, les leaders de l'UDC l'ont été encore plus face aux délégués du parti. Le PS et les Verts ont été accusés de se servir dans le portemonnaie des Suisses «en usant et abusant des thèmes écologistes», a affirmé le président du parti Albert Rösti.

Il a estimé que la gauche jouait les oiseaux de mauvais augure en matière climatique, et particulièrement en cette période de canicule. «Il y aurait pourtant de quoi se réjouir du beau temps. C'est l'été et c'est normal qu'il fasse chaud !», a-t-il lancé sur l'esplanade du château d'Orbe, où environ 300 personnes s'étaient réunies.

Dénonçant les «actions diaboliques» et les «mesures contreproductives» liées à la protection de l'environnement, ainsi que les visées électorales d'un tel alarmisme climatique, Albert Rösti a expliqué que l'UDC était le seul parti de Suisse à «ne pas orienter sa politique en fonction de la météo.»

«Avidité fiscale»

Alors que sondages et observateurs prédisent une «vague verte» pour les fédérales d'octobre, l'UDC veut faire barrage à «la ruée de la gauche écologiste» sur l'argent des Suisses, a déclaré Thomas Aeschi, dénonçant «l'avidité fiscale» du PS et des Verts. Le chef du groupe parlementaire a jugé que la politique du camp rose-vert était dirigée contre la classe moyenne et les personnes avec un revenu modeste.

Pour Michaël Buffat, «la gauche étrangle l'économie dans notre pays.» Le conseiller national vaudois a, lui aussi, dénoncé la volonté de ses adversaires politiques d'ajouter de nouveaux impôts et taxes en prétextant l'urgence climatique. Il a, en revanche, fait l'éloge de l'innovation des entreprises suisses pour relever les défis liés à l'environnement.

Outre le climat, la gauche a été clouée au pilori pour sa politique d'asile. Céline Amaudruz a déclaré que «l'immigration incontrôlée» n'en finissait plus de dégrader la sécurité du pays. La conseillère nationale genevoise a affirmé qu'elle participerait à des grèves féministes, comme celle du 14 juin, quand la gauche soutiendrait «le renvoi des criminels étrangers.»

Résister comme le général Guisan

La gauche a également été critiquée pour être à l'origine «de l'erreur de construction» de l'Union européenne (UE), a estimé Adrian Amstutz. Le chef de la campagne électorale en a profité pour stigmatiser les discussions autour d'un accord-cadre avec l'UE. Avec un tel accord, la voie bilatérale serait enterrée et la Suisse perdrait toute indépendance, a-t-il prévenu.

Et d'ajouter: «nos ancêtres n'ont pas libéré leur pays de l'emprise des Habsbourg pour que nous nous soumettions à l'UE», a-t-il dit, enjoignant le Conseil fédéral à «ne pas faire dans sa culotte» face aux menaces de Bruxelles.

Faisant également référence à l'histoire suisse, Albert Rösti a évoqué la figure du général Henri Guisan - «résistance et non alignement, voilà sa devise» - pour symboliser la lutte face à l'UE. «Il serait temps que le Conseil fédéral dise clairement: nous ne signerons pas l'accord-cadre», a-t-il asséné sous les applaudissements des délégués.

Manifeste

Après avoir tiré à boulets rouges sur la gauche, les délégués de l'UDC ont voulu montrer un visage moins axé sur la confrontation en fin d'assemblée. Ils ont ainsi décidé de modifier le titre d'un manifeste, initialement nommé «Manifeste de combat contre la redistribution et l'égalitarisme irresponsables de la gauche». Ils lui ont préféré le titre «Manifeste pour une politique bourgeoise et écologique intelligente.»

Le contenu du manifeste, qui démonte plusieurs motions de la gauche, n'a pas été changé. Il a été adopté à l'unanimité par les délégués.

Si Christoph Blocher n'était pas présent à Orbe, les deux conseillers fédéraux UDC étaient bien de la partie. Ueli Maurer n'a pas pris la parole, tandis que Guy Parmelin a fait un discours sur les défis rencontrés par la place économique suisse. (ATS/nxp)

Créé: 29.06.2019, 15h40

Articles en relation

L'UDC accuse la gauche d'abuser de l'écologie

Eléctions fédérales Albert Rösti, président de l'UDC, s'en est pris à la gauche, qualifiant leur politique environnementale d'«arnaque écolo-socialiste». Plus...

Le PLR désigne ses candidats pour octobre

Fédérales 2019 Réuni en congrès, le Comité cantonal du PLR tessinois a choisi vendredi ses candidats pour les élections fédérales de cet automne. Plus...

L'UDC aura fort à faire en Suisse orientale

Elections fédérales L'UDC risque de perdre des plumes dans plusieurs cantons de Suisse orientale lors des élections fédérales d'octobre. Plus...

Elections fédérales: pas de grosse surprise à venir

Jura Les élections fédérales ne devraient pas révéler de grosse surprise dans le Jura, avec le PS et le PDC en embuscade. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.