«Carlos» écope d'une peine pécuniaire

ZurichLe jeune délinquant zurichois connu sous le nom de «Carlos» (nom fictif) écope de 33 jours-amende à 30 francs, pour dommages à la propriété.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le jeune délinquant zurichois connu sous le nom de «Carlos» (nom fictif) a été condamné vendredi 28 août à une peine pécuniaire pour dommages à la propriété par le tribunal de district de Dietikon (ZH). Il écope de 33 jours-amende à 30 francs.

«Carlos» a été reconnu coupable d'avoir démoli sa cellule alors qu'il était dans le Centre de mesures d'Uitikon (ZH). Les dégâts se sont élevés à 9000 francs. Il a en revanche été acquitté de l'accusation de menace avec couteau dans la rue en octobre 2014 à Zurich. Pour le Tribunal, les preuves étaient insuffisantes.

Le procureur avait requis une peine pécuniaire de 15 jours-amendes à 30 francs, mais il demandait en plus 11 mois de prison ferme. Il avait aussi demandé que la peine soit commuée en traitement ambulatoire.

«Carlos» sera dédommagé

Au cours du procès, le prévenu a dit qu'il ne voulait pas d'une thérapie. Selon lui, un traitement ne sert à rien.

L'avocat du jeune homme a quant à lui plaidé pour l'acquittement. Il a rappelé que «Carlos» a été injustement placé au centre de mesures d'Uitikon et que ses droits de base ont été violés.

Comme «Carlos» a passé six mois derrière les barreaux pour la charge de menace, il sera dédommagé. L'Etat lui versera 14'300 francs. Le jeune homme devra en revanche payer les frais de justice. On ne sait pas encore si le procureur va faire appel.

Vendredi, c'est la première fois que le jeune homme de 19 ans avait à faire avec la justice des adultes. Il avait jusqu'à présent toujours été jugé par des tribunaux pour mineurs.

Coupable mais pas responsable

Visiblement énervé, le prévenu a admis avoir saccagé sa cellule. «Mais ce n'était pas ma responsabilité», a-t-il ajouté. Il ne se sentait pas à l'aise au centre de mesures, il n'avait même pas une télévision, a-t-il dit.

«Je savais que si je me conduisais mal, je pourrais retourner dans une prison normale. C'est donc ce que j'ai fait.»

Quant au second chef d'accusation, «Carlos» a contesté avoir été muni d'un couteau lors de sa confrontation avec un homme en octobre 2014.

Connu depuis un reportage de la télévision

Le jeune délinquant s'est fait connaître du grand public à l'occasion de la diffusion d'un reportage de la télévision alémanique SRF en août 2013. L'émission avait dévoilé que l'encadrement spécial mis en place pour «Carlos» coûtait 29'000 francs par mois.

«Carlos» s'est présenté en homme libre devant le tribunal. Il avait été placé en détention après avoir menacé une personne dans la rue en octobre 2014. Il avait été libéré en avril 2015 sur ordre du tribunal cantonal, estimant que le jeune homme n'était plus aussi dangereux. (ATS/nxp)

Créé: 28.08.2015, 18h18

Articles en relation

Carlos, icône d’un système désavoué

Procès Le détenu le plus médiatisé de Suisse encourt une peine de prison ferme. Retour sur une saga hors norme. Plus...

Carlos peut finalement sortir de prison

Justice La Cour suprême du canton de Zurich a admis le recours du jeune homme contre la prolongation de sa détention. Plus...

La prolongation de la détention de Carlos est justifiée

Justice fédérale Le Tribunal fédéral (TF) estime que l'intéressé pourrait commettre de nouveaux délits violents. Il reste donc en prison. Plus...

«Carlos» ne sera resté libre qu'un mois

Zurich Une plainte a été déposée contre le jeune délinquant qui a menacé un homme avec un couteau. Placé en détention préventive, «Carlos» veut retrouver sa liberté dans l'attente de son procès. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.