Le festival Origen transforme une région rurale en pôle culturel

Demain la SuisseNé à Savognin, Giovanni Netzer fait dialoguer l’ancien et le moderne, la nature et le théâtre.

Riom, village d’à peine 200 habitants et son château médiéval, est devenu une petite capitale culturelle des Grisons.

Riom, village d’à peine 200 habitants et son château médiéval, est devenu une petite capitale culturelle des Grisons. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De la fenêtre de sa chambre, quand il était petit, Giovanni Netzer pouvait voir la masse noire du Burg Riom. Le château médiéval du village voisin a ainsi peuplé l’imaginaire du garçon né à Savognin, au cœur des Grisons. Et à quelques pas au-dessus de chez lui, la sublime église Son Martegn (saint Martin) déployait sur son plafond la plus grande fresque baroque du XVIIe siècle en Suisse, La Gloria del Paradiso, avec ses cercles concentriques aspirant les âmes vers le ciel. «Dans cette région pauvre et rurale, il n’y avait pas d’institutions culturelles, pas d’artistes professionnels, explique le metteur en scène. Le premier théâtre que l’on expérimente, ce sont les églises qui l’offrent, avec leurs décors grandioses et leurs rituels.»

Répétition de «Seven», chorégraphie de Yuka Oishi (à droite) sur le thème des sept péchés capitaux.

Pas étonnant dès lors que Giovanni Netzer parte étudier la théologie et le théâtre à Munich. Mais chaque été, il revenait aux Grisons pour monter avec ses amis des pièces de théâtre amateur, souvent en plein air, toujours inspirées de l’histoire locale. «Au début, il y avait l’envie de travailler là où je suis né, sans réfléchir. Mais nous avons compris que, pour que ça devienne durable, il fallait tout installer ici, avec les habitants. Et surtout commencer par avoir un toit contre les intempéries.» En 2001, le souvenir d’un spectacle sur l’empereur Frédéric II (qui avait passé par le col du Julier pour se faire couronner à Nuremberg) terni par un été diluvien le pousse à entrer dans le château de Riom, dont on avait refait le toit pour le protéger. «Ma première impression a été la déception, car il était vide. Et trop froid pour imaginer faire des spectacles hors de l’été.» C’est cependant autour de ce projet que le festival Origen va naître. En 2005, première édition, le château n’est pas encore prêt, mais Giovanni Netzer investit l’église Son Martegn avec un opéra en création sur un livret de sa plume, en romanche, latin et allemand, et une musique de Gion Antoni Derungs. Son titre: Grosse Apocalypse. Le Burg Riom, premier théâtre rhéto-roman, avec sa scène et ses gradins en bois, sera inauguré l’année suivante.

Approchez, le spectacle va commencer

Chaque année, Giovanni Netzer multiplie les spectacles pour tester de nouveaux lieux, toujours en racontant des histoires antiques, issues de l’Ancien Testament, du Moyen Age ou des familles légendaires de la vallée, comme les Carisch de Riom, qui firent fortune dans la gastronomie à Paris. Rachetées par le festival et rénovées, la villa Carisch et sa ferme transformée en salle de danse sont aujourd’hui le centre palpitant du festival. Les éditions se suivent et ne se ressemblent pas. Car chaque projet (danse, comédie, opéra, concert) pousse l’homme de théâtre à voir plus grand, plus loin, plus fou. Jusqu’à cette prouesse en 2010 de concevoir un théâtre, abrité mais ouvert aux quatre vents, au col du Julier. Avec l’histoire de la reine de Saba. Rebelote cette année au même endroit, avec une reprise d’Apocalypse dans une véritable tour de Babel en bois (lire en page 32). «Les environnements différents provoquent d’autres formats artistiques, prétend Giovanni Netzer. C’est la réponse des Alpes au colonialisme des grandes villes. Il faut du courage pour créer dans une situation extraordinaire, se laisser inspirer par les lieux. D’un autre côté, cela nous donne une liberté. Avoir une petite institution et jouer dans la montagne est un nouveau luxe, c’est le luxe du rien.»

Pour le fondateur d’Origen, les grandes maisons d’opéra, de théâtre ou de danse ont un stress permanent pour remplir leurs salles et répètent ce qui fonctionne. Elles n’offrent plus de véritable carte blanche aux créateurs. «Cet été, les chorégraphes Eno Peçi et Yuka Oishi ont la possibilité de se concentrer sur plusieurs créations. Tous leurs danseurs viennent des grandes villes. Au village, avec ses habitants vieillissants, face à la grande nature et à ses dangers, ils se posent d’autres questions, peut-être plus fondamentales. Ils font complètement autre chose qu’à Vienne ou à Hambourg, et c’est ici que leur langue véritable s’exprime.»

A lire aussi : Une tour de Babel pousse au sommet du col du Julier

Créé: 08.07.2017, 11h01

«Tre fratelli»

Miniature dansée dans le jardin de la villa Carisch sur une chorégraphie de l’Albanais Eno Peçi.

Origen Festival Cultural 2017

Le festival Origen n’a pas besoin de scène ou de théâtre. Il investit les splendides églises des Grisons et dans le village de montagne de Riom une forteresse médiévale et une grange d’un émigrant parisien. Il a installé au col du Julier le plus haut théâtre d’Europe. Le monde est une scène, disait Shakespeare. Origen est un théâtre du monde.

Apocalypse, opéra. Col du Julier, Theaterturm. Du je 3 au ma 15 août.

La vida es sueño, comédie itinérante (en allemand). Divers lieux du canton. Jusqu’au je 17 août.

Seven, création danse. Riom, Clavadeira. Di 9, ma 13, sa 15 juillet.

Old News, création danse. Riom, Burg. Du di 16 au sa 22 juillet.

Deux femmes, miniature dansée. Riom, Villa Carisch. Du je 3 au di 13 août.

Tre fratelli, miniature dansée.Riom, jardin de la Villa Carisch. Tlj sauf lu jusqu’au di 30 juillet (17 h, di 14 h 30).

Laudes & Complet, chant grégorien. Alvaschein, église carolingienne de Mistail: les mercredis 12, 19, 26 juillet et 2 août (5 h 30). Eglises de Bergün, Celerina, Lain et Savognin: les dimanches du 16 juillet au 6 août (21 h).

Nostalgia, petits concerts de chansons populaires romanches. Riom, villa Carisch. Du 4 au 15 août.

Riom Gestalten, exposition sur l’histoire du village et son avenir. Riom, Gemeindehaus. Jusqu’au ve 18 août.


Infos pratiques
Rens.: 081 637 16 81
www.origen.ch

Hébergement
Il n’y a pas d’hôtel à Riom mais plusieurs à Savognin et dans les villages environnants.
www.savognin.ch

Giovanni Netzer

Il nous présente le costume d’une reine de l’Apocalypse, réalisé à partir d’une peinture d’El Greco.

Articles en relation

Enrico Uffer, le bâtisseur grison qui sort du bois

Demain la Suisse L’entrepreneur de Savognin multiplie les projets inédits, en pionnier de l’événementiel durable. Plus...

Soleil, vers de terre et partage, les dessous de la maison du futur

Demain la Suisse Des étudiants de quatre Hautes écoles romandes ont imaginé et bâti un pavillon modèle qui sera bientôt présenté aux Etats-Unis. Plus...

[VIDÉO] La maison qui recharge les Tesla et les êtres humains

Demain la Suisse Le chalet de Thomas Büchi à Nax (VS) produit plus d’électricité qu’il n’en consomme. Confortable et construit selon la règle d’or ancestrale, le bâtiment est aussi zen qu’écolo. Plus...

Une tour de Babel pousse au sommet du col du Julier

Demain la Suisse Le festival Origen construit un théâtre en bois à 2284 mètres d’altitude. Une folie éphémère pour saisir la force d’un lieu et chercher la transcendance. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.