Passer au contenu principal

Le départ annoncé de Leuthard relance le jeu

Le président du PDC fait désormais pression pour qu'un autre conseiller fédéral quitte le gouvernement en même temps que la ministre argovienne.

Doris Leuthard quittera le Conseil fédéral au plus tard en 2019. Mais quand exactement? Seule la principale intéressée y répondra.
Doris Leuthard quittera le Conseil fédéral au plus tard en 2019. Mais quand exactement? Seule la principale intéressée y répondra.
Keystone

L'annonce lundi de Doris Leuthard de quitter le Conseil fédéral au plus tard fin 2019 relance les dés dans la course à la succession de Didier Burkhalter en septembre prochain. Car beaucoup estiment que la ministre PDC va démissionner bien en avant, car il n'est pratiquement pas possible de rester en place plus d'une année au-delà d'une telle annonce.

Du coup, son président de parti, Gerhard Pfister se dit convaincu dans le Blickmercredi que la conseillère fédérale prépare le terrain pour ouvrir le jeu politique en vue du renouvellement des Sept Sages. Selon lui, Doris Leuthard tend la main à d'autres conseillers fédéraux pour un départ coordonné afin de laisser le plus de choix possible au Parlement pour élire leurs successeurs.

Schneider-Ammann et Maurer dans le viseur

Et Gerhard Pfister de pointer du doigt Johann Schneider-Ammann (PLR), âgé de 65 ans ainsi que Ueli Maurer (UDC), 66 ans, soit deux ministres qui ont atteint l'âge de la retraite. Le président du PDC aimerait qu'au moins l'un des deux annonce son départ en même temps que Doris Leuthard. «Je ne pourrais que saluer si les prochaines démissions au Conseil fédéral pouvaient être coordonnées», dit-il.

Une opinion partagée par d'autres observateurs à Berne, relève également l'Aargauer Zeitung mercredi. A l'image du conseiller national UDC Ueli Giezendanner. «Une double vacance serait souhaitable et Ueli Maurer, vu son âge, pourrait réfléchir à un départ», estime-t-il. Du coup, à l'UDC, on commencerait à préparer sérieusement aussi à la succession du ministre zurichois, et une éventuelle candidature féminine, comme celle de Magdalena Martullo-Blocher, la fille de Christoph Blocher,croit savoir le journal argovien.

Quant à Johann Schneider-Ammann, va-t-il se retirer avant la fin 2019? Rien n'est moins sûr. Le principal intéressé, interrogé lundi dans le cadre de la nomination par le PLR tessinois d'Ignazio Cassis à la succession Burkhalter, a répété qu'il irait jusqu'au bout de la législature, soit fin 2019. Et n'a pas voulu commenter à chaud le départ annoncé de Doris Leuthard.

La place des femmes en jeu

Le vœu d'un double départ a surtout une importance cruciale pour la représentation féminine au Conseil fédéral. Si Ignazio Cassis est élu en septembre et que Doris Leuthard s'en va, il ne restera plus qu'une femme, la socialiste Simonetta Sommaruga, au gouvernement. Ce qui n'arrange pas le PDC qui n'a guère envie de se faire mettre la pression lorsque sa ministre s'en ira. Et Gerhard Pfister de renvoyer le PLR devant ses responsabilités: «La question féminine se pose surtout au PLR», estime-t-il. «Cela fait longtemps qu'il n'y a plus de femme PLR alors que ce parti a deux sièges», critique-t-il.

Voilà qui pourrait faire le beurre d'une candidature féminine à la succession Burkhalter. Une candidature issue des rangs romands?

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.