La der des ders pour le Gripen et Ueli Maurer

Avions de combatLe ministre de la Défense devra convaincre tout à l'heure que la convention signée avec le gouvernement et l'avionneur suédois est de nature à lever les doutes sur le Gripen.

La Suisse et la Suède attendent l'une et l'autre un soutien réciproque pour lancer la nouvelle génération des Gripen dans le bain.

La Suisse et la Suède attendent l'une et l'autre un soutien réciproque pour lancer la nouvelle génération des Gripen dans le bain.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Neuf mois après avoir annoncé le choix du Gripen, Ueli Maurer présentera tout à l'heure les détails de l'offre de l'avionneur et du gouvernement suédois. En effet, depuis le 30 novembre 2011, les inconnus et les conjectures ont alimenté en Suisse un débat qui a le plus souvent tourné à l'aigre.

Ce week-end encore, le Département fédéral de la défense (DDPS) annonçait avoir signé une convention avec le ministère de la défense suédois, qui lui aussi entend équiper de Gripen nouvelle génération ses forces aériennes, et le constructeur suédois. Le conseiller fédéral Ueli Maurer en livrera dans les prochaines heures les contours lors d'un point de presse à la caserne de Thoune. Et c'est peu dire que ces explications sont attendues.

Un rapport critique

Cette accélération du dossier vient à point, car les questions continuent de pleuvoir sur la gestion de la procédure de remplacement des F/5-Tiger. Mardi dernier encore, la commission de sécurité du conseil national adoptait un rapport très critique.

Ainsi si aucune malfaçon n'a été constatée, le rapport s'étonne néanmoins dans ses conclusions du choix final du Gripen de Saab au détriment de l'Eurofighter d'EADS et du Rafale de Dassault. Selon les parlementaires enquêteurs, le Gripen est l'option la plus risquée tant du point de vue politique, technologique, industriel et commercial.

22 avions pour 3,1 milliards

La commission compétente a ainsi demandé au Conseil fédéral de lever certains doutes - prix final, performances réelles de l'avion, calendriers de livraison, participation ou non aux coûts de développement - jusqu'en octobre. Date à laquelle, le parlement devra se prononcer sur le programme d'armement qui inclut l'achat de l'avion. On parle ici d'une enveloppe de 3,1 milliards pour 22 avions.

Créé: 28.08.2012, 08h57

Galerie Photos

Quel avion de combat pour la Suisse?

Quel avion de combat pour la Suisse? L'acquisition de nouveaux appareils pour la défense et la surveillance aérienne du pays fait toujours couler beaucoup d'encre. Petit catalogue des modèles en lice, notamment Eurofighter et Gripen

Articles en relation

L'Allemagne offrirait 33 appareils d'occasion

Avions de combat Alors que l'achat du Gripen suédois entre dans sa phase finale, l'Allemagne serait prête à vendre des Eurofighter d'occasion à la Suisse pour la même enveloppe budgétaire, selon Der Sontag. Plus...

Accord-cadre signé entre la Suisse et la Suède

Gripen La coopération s'intensifie entre la Suisse et la Suède pour l'achat de 22 avions de combat Gripen. Le Département fédéral de la défense a signé un accord-cadre avec le gouvernement suédois, a-t-il indiqué samedi. Plus...

L'évaluation du Gripen jugée correcte par une commission

Avion de combat La commission de la politique de sécurité du Conseil National juge que la procédure d'évaluation de l'avion de combat suédois Gripen a été correcte. Elle exige toutefois des améliorations «au niveau politique». Plus...

Les nouveaux Gripen ne seront pas prêts avant 2020

AFFAIRE GRIPEN Le développement du futur jet de combat suédois prendra du temps. Voilà pourquoi la Suède propose de prêter des Gripen C/D, la version actuelle. «C’est l’opération de la dernière chance !», analyse Yvan Perrin Plus...

Le parlement penche côté non!

En l'état actuel du dossier Gripen, l'acceptation par le parlement du budget Gripen paraît très compromise, mais pas impossible. Car seul le groupe UDC défend ce choix. Et encore, certaines voix dissidentes se sont fait entendre

Le PLR a lui retiré son soutien ce week-end encore par la voix de son président Philipp Müller qui a clairement dit que sans de substantielles garanties, son groupe ne votera pas le crédit pour l’avion suédois.

Le PDC est lui aussi divisé. Mais il compte quelques fervents partisans de l’armée et qui jouent la carte du seul avion que la Suisse puisse se payer.

A gauche, Verts et PS, sont farouchement opposés à l’achat d’un avion de combat qu’il se nomme Gripen ou autre. Il campe sur sa position : pour les missions de police de l’air, les 33 FA-18 que l’armée de l’air possède suffisent.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...