Passer au contenu principal

«Nous devons riposter à la politique irresponsable de Trump»

Les Verts demandent l’instauration d’une taxe sur le CO2 pour les produits américains.

Lisa Mazzone, vice-présidente des Verts suisses.
Lisa Mazzone, vice-présidente des Verts suisses.

La décision de Donald Trump de dénoncer l’accord de Paris fait réagir en Suisse. Doris Leuthard a officiellement regretté cette décision. Du côté des partis politiques, les Verts proposent de taxer l’énergie grise des produits américains. Interview de Lisa Mazzone, vice-présidente du parti.

Avec cette taxe sur le CO2, votre but est-il de punir les Etats-Unis?

Donald Trump souhaite saboter l’accord de Paris dans une démarche irresponsable et égoïste, alors que les Etats-Unis sont le deuxième plus gros émetteur de CO2 au monde. Il ne faut pas voir cette mesure comme du boycott, mais comme une réaction forte pour lutter contre l’écodumping qui devrait être imposée à tous les pays hors de l’accord de Paris. Les USA veulent contourner les accords environnementaux pour pratiquer des prix bas. Ils doivent payer pour participer aux coûts induits par les émissions de gaz à effet de serre qu’ils produisent. Ce n’est pas la première fois qu’on discute d’une taxe CO2 sur les produits importés.

Comment cela fonctionnerait-il? Quels produits seraient touchés?

A ce stade, ce que nous demandons c’est d’évaluer l’introduction d’une telle taxe CO2 sur les produits importés, en ayant une image de leur empreinte écologique. L’objectif étant d’inciter et de favoriser les entreprises qui – aux Etats-Unis – souhaitent avoir des standards qui répondent à l’urgence climatique.

Ne craignez-vous pas des mesures de rétorsion? La Suisse ne fait pas le poids face aux USA.

La Suisse est quand même une partenaire qui compte. Notre démarche doit s’inscrire dans un cadre plus général. C’est pour cela que nous demandons une réaction diplomatique de la Suisse. Nous demandons aussi que la Suisse s’engage pour que l’Europe dans son ensemble prenne des mesures fortes pour montrer son désaccord. C’est le choix de Donald Trump de dire «America first», mais son refus de coopérer sur l’accord de Paris nous concerne tous. Il n’y a qu’une seule planète, et on la partage avec toute l’humanité.

Compte tenu des majorités politiques, les Verts ont-ils une chance d’être soutenu?

Le Conseil national a donné un signal clair en acceptant la ratification de l’accord. Dans cette acceptation, il a aussi posé un objectif de réduction des émissions de CO2, donc la volonté a été affirmée. Evaluer la mise en place d’une telle taxe irait dans la direction montrée par le parlement et les citoyens qui ont nettement soutenu la stratégie énergétique 2050. Il y a une urgence à agir, qui nous concerne directement. La Suisse subit les effets du réchauffement climatique, puisqu’il est deux fois plus rapide dans l’arc alpin. On a donc tout intérêt à avancer sur des mesures pour répondre à cette urgence.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.