Passer au contenu principal

Démission BurkhalterLe DFAE pourrait susciter les convoitises de Berset

Didier Burkhalter va lâcher les rênes du Département fédéral des affaires étrangères. Ce dicastère pourrait intéresser Alain Berset.

Le Fribourgeois, avec sa maîtrise des langues, pourrait bien reprendre le DFAE.
Le Fribourgeois, avec sa maîtrise des langues, pourrait bien reprendre le DFAE.
Keystone

En quittant le Conseil fédéral, Didier Burkhalter lâchera les rênes du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Ce dicastère est intimement lié au dossier européen. Mais il pourrait susciter des convoitises, dont celle d'Alain Berset.

Tous les partis pourraient a priori être intéressés par le DFAE afin d'avoir une influence plus forte sur les dossiers qui y sont traités. Le socialiste Alain Berset pourrait notamment rêver d'une nouvelle carrière aux affaires étrangères.

Le Fribourgeois maîtrise cinq langues (français, allemand, anglais, espagnol, portugais) et avait réussi dans sa jeunesse le concours diplomatique avant de se tourner vers une autre carrière.

A l'automne, il devrait en outre avoir bouclé son plus gros chantier aux affaires sociales. La réforme de la prévoyance vieillesse est en votation populaire le 24 septembre. Un succès pourrait donner au ministre socialiste le sentiment du devoir accompli, un échec, l'envie d'aller voir ailleurs.

Peu de papables bourgeois

Côté bourgeois, les vocations des ministres en fonction risquent d'être limitées. Au Conseil fédéral depuis 2006, la démocrate-chrétienne Doris Leuthard a déjà repris le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) des mains socialistes après être passée à l'économie.

Présidente de la Confédération pour une deuxième fois cette année, elle ne devrait pas vouloir de nouveau changement jusqu'à la fin de son mandat.

Les UDC Ueli Maurer et Guy Parmelin pourraient être poussés par leur parti à réclamer les affaires étrangères pour y marquer une empreinte plus souverainiste. Le Zurichois, âgé de 66 ans, vient toutefois de reprendre le Département des finances et doit encore y conduire plusieurs chantiers. Le Vaudois n'est conseiller fédéral et ministre de la défense depuis un an et demi.

Les observateurs voient par ailleurs mal le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann, 65 ans, se lancer dans une nouvelle carrière de diplomate en chef. Très actif au niveau international, le Bernois ne brille guère par ses prestations oratoires.

Reste la socialiste Simonetta Sommaruga. La Bernoise avait été privée du DETEC à son arrivée au Conseil fédéral et cette ancienne chantre de la protection des consommateurs n'avait pas non plus obtenu l'économie. Elle ne devrait pas abandonner le Département de justice et police qui lui avait été imposé pour le DFAE.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.