Dick Marty veut une enquête pénale contre HSBC

SwissLeaksDans une interview, l'ancien procureur général du Tessin égratigne également la FINMA.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien procureur général du Tessin, Dick Marty, réclame l'ouverture d'une enquête pénale contre la filiale suisse de la banque britannique HSBC, au lendemain de la révélation de l'affaire dite des SwissLeaks. Il y a un «évident soupçon de blanchiment d'argent», affirme-t-il.

«Nous ne sommes pas au bout des révélations, notamment concernant le blanchiment de l'argent de la drogue», déclare Dick Marty dans une interview diffusée mardi 10 février par Le Courrier et La Liberté. «C'est une sale affaire», ajoute-t-il.

L'ancien conseiller aux Etats tessinois PLR remarque que le principe d'autorégulation des banques «a fonctionné pour 80% des établissements» pendant des années. Mais pour «les brebis galeuses», il leur a permis «une vaste tricherie», poursuit-il.

FINMA critiquée

Dick Marty critique vertement l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), qui «ne voit pas passer un éléphant», quand «il s'agit d'une tricherie énorme». Par contre, elle «pinaille volontiers quand il s'agit de petits dysfonctionnements», relève-t-il.

Plusieurs journaux ont assuré lundi que HSBC Suisse avait aidé certains de ses clients, notamment de riches industriels et des personnalités politiques, à cacher des milliards de dollars pour leur éviter de payer des impôts. La banque a également abrité, jusque récemment, l'argent de narcotrafiquants et de financiers du terrorisme.

Ces dernières années, HSBC Suisse s'est retrouvée à plusieurs reprises dans le collimateur de la FINMA. Cette dernière a mené deux enquêtes administratives sur des affaires de blanchiment d'argent. A une reprise, l'autorité de surveillance a adressé un blâme à l'établissement bancaire.

C'était lorsque Hervé Falciani, ancien employé informatique de la filiale genevoise, avait subtilisé, entre 2006 et 2007, des données de clients. Les révélations des SwissLeaks sont issues de ces données.

(ats/nxp)

Créé: 10.02.2015, 09h04

Le Royaume-Uni aussi

Des députés britanniques ont annoncé l'ouverture rapide d'une enquête sur le géant bancaire HSBC, dont le siège est à Londres.

«Les révélations concernant la HSBC démontrent une fois de plus l'opacité d'une industrie mondiale au service d'une élite nantie», a indiqué Margaret Hodge, la présidente (travailliste) de la commission des comptes publics de la Chambre des communes, à la BBC.

«La commission des comptes publics va ouvrir d'urgence une enquête dans le cadre de laquelle nous allons demander à la HSBC de fournir des éléments et si nécessaire lui ordonner de le faire», a-t-elle ajouté.

Articles en relation

HSBC n’a pas trouvé son Hercule

L'éditorial Plus...

De nouvelles révélations secouent HSBC à Genève

Secret bancaire Les données sur les clients de la banque volées par son ex-employé Hervé Falciani sont dévoilées. Elles jettent une lumière crue sur les pratiques de l’établissement jusqu’en 2007. Plus...

Hervé Falciani, héros des lanceurs d'alerte

SwissLeaks L'informaticien franco-italien, ex-employé d'HSBC à Genève, est un héros chez les lanceurs d'alerte de la finance mondialisée. Plus...

«Les banquiers suisses ne sont plus les mêmes»

Affaire HSBC En dépit de révélations fort délicates sur une banque genevoise, l’Association suisse des banquiers garde la tête haute. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.