Didier Burkhalter critiqué pour sa mollesse sur la Turquie

DiplomatieLes élus nationaux demandent que l’ambassadeur turc soit convoqué pour s’expliquer. A l'image de ce qu'a fait l’Autriche.

Didier Burkhalter, chef du DFAE, fâche par son silence.

Didier Burkhalter, chef du DFAE, fâche par son silence. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Didier Burkhalter a-t-il peur de fâcher la Turquie? Toujours est-il qu’on n’entend guère le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) sur le délicat dossier turc. Il y a bien eu un communiqué lundi dernier, soit après l’échec du putsch. Il appelait «à la préservation de l’unité nationale et à la réconciliation de la société turque», et ce «en évitant tout arbitraire et en respectant les droits de l’homme». Mais depuis c’est le silence radio. Or les choses ont spectaculairement évolué en Turquie. Mercredi, le président Erdogan a décrété l’état d’urgence pour trois mois et de vastes purges ont commencé. Des dizaines de milliers de personnes dans la police, la justice ou l’enseignement ont été démises de leurs fonctions et certaines ont été jetées en prison.

Exemple autrichien

Le silence du DFAE passe mal auprès des élus nationaux, de gauche comme de droite. «Le problème, c’est que Burkhalter veut être aimé de tous, critique le conseiller national Claudio Zanetti (UDC/ZH). La Suisse téléphone donc à Berlin et à Bruxelles pour savoir comment elle doit réagir. Cela fait longtemps que nous n’avons plus de politique étrangère souveraine.

«Sebastian Kurz est le seul ministre des Affaires étrangères à faire son travail»

Le bon exemple à suivre, selon lui? L’Autriche. «Sebastian Kurz est le seul ministre des Affaires étrangères à faire son travail. Il a convoqué l’ambassadeur turc pour qu’il s’explique. L’UE, elle, a renié toutes les valeurs dont elle se réclame.»

A gauche, le ton est à peine moins mordant. «C’est digne de Pinochet, ce qui se passe en Turquie, lâche le conseiller national Manuel Tornare (PS/GE). J’aime bien d’ordinaire Burkhalter. Mais là, il nous la joue radio muette. On ne peut pas discourir à longueur d’année sur les droits de l’homme et ne pas réagir fortement quand ils sont violés. Il faut faire entendre la voix de la Suisse.» Il se prononce aussi pour la convocation de l’ambassadeur de Turquie.

Manque d'anticipation

Cette mesure est également réclamée par la conseillère nationale Kathy Riklin (PDC/ZH). «Le DFAE a réagi trop tôt aux événements en Turquie et donc trop mollement par rapport aux choses horribles qui sont en train de se passer. Il y a eu un manque d’anticipation.» L’élue se pose même la question de savoir si le président Erdogan n’a pas «arrangé» un putsch empreint de dilettantisme pour justifier ensuite ses purges, avec des listes de noms préparées à l’avance.

Les seules félicitations pour Didier Burkhalter viennent de son parti. «Le DFAE a très bien réagi», estime le conseiller national Laurent Wehrli (PLR/VD): «Le communiqué publié est clair et très précis. Il avertit bien la Turquie sur les violations des valeurs démocratiques à ne pas commettre.»

Est-il donc opposé à une convocation de l’ambassadeur turc? «Non, cela pourrait constituer une étape supplémentaire justifiée en fonction des événements.» Des événements qui, justement, évoluent de jour en jour. La Turquie a annoncé qu’elle dérogerait à la Convention européenne des droits de l’homme. Et hier, l’ambassade de Turquie en Suisse a fait savoir qu’elle comptait traduire en justice les partisans de Fethullah Gülen, considéré par Ankara comme l’inspirateur du putsch.

Créé: 22.07.2016, 20h20

Les réponses laconiques du DFAE

Il y a peu, Didier Burkhalter remettait sèchement en place un sénateur qui lui demandait de dialoguer avec l’Erythrée afin de faire diminuer le nombre de requérants d’asile. Le ministre, «choqué», lui rétorquait que l’on ne pouvait pas accepter de dialoguer sérieusement tant que ce pays ne laissait pas visiter ses prisons par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Et qu’il fallait montrer qu’on avait «une colonne vertébrale». La Turquie a un poids géopolitique et économique sans comparaison avec l’Erythrée. Est-ce pour cela que la colonne vertébrale de Burkhalter ne s’est pas encore pleinement déployée? Le ministre n’a pas commenté personnellement le dossier turc, comme le confirme le service de presse du DFAE. Ce dernier nous fait savoir cependant que le chef du département n’est pas resté inactif. Sur ses injonctions, l’ambassadeur de Suisse à Ankara et le représentant suisse à l’OSCE sont intervenus.

Pourquoi la Suisse ne convoque-t-elle pas l’ambassadeur de Turquie à Berne – et pas simplement le chargé d’affaires – comme l’a fait l’Autriche? Pas de réponse claire du DFAE. Ce dernier se contente de répondre que le chargé d’affaires turc a été reçu et qu’il dirige les affaires de la représentation officielle en l’absence de l’ambassadeur.

Articles en relation

Des centaines de Turcs manifestent à Zurich

Putsch Les participants se sont rassemblés devant le consulat général de Turquie pour exprimer leur soutien au président Erdogan. Plus...

La Turquie pourrait engager des poursuites en Suisse

Putsch manqué L'ambassadeur ad intérim de Turquie a très clairement évoqué des actions en justice en Suisse contre les partisans de Fethullah Gülen. Plus...

Faut-il accueillir les putschistes de Turquie?

Droits de l'homme La répression du régime est forte contre les auteurs du coup d’Etat raté. Pas forcément suffisant pour obtenir l’asile en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.